INTERNATIONAL
27/08/2016 09:46 EDT | Actualisé 27/08/2016 09:48 EDT

L'Égypte se sert de Grindr pour retracer les homosexuels

Two men kiss each other during a pro-gay demonstration in front of the Nossa Senhora da Paz church in Rio de Janeiro.  Two men kiss each other during a pro-gay demonstration in front of the Nossa Senhora da Paz church in the Ipamena district of Rio de Janeiro, August 03, 2003. HIGH RESOLUTION FILE REUTERS/Bruno Domingos REUTERS BOOKS ON THE ROAD BOOK
Bruno Domingos / Reuters
Two men kiss each other during a pro-gay demonstration in front of the Nossa Senhora da Paz church in Rio de Janeiro. Two men kiss each other during a pro-gay demonstration in front of the Nossa Senhora da Paz church in the Ipamena district of Rio de Janeiro, August 03, 2003. HIGH RESOLUTION FILE REUTERS/Bruno Domingos REUTERS BOOKS ON THE ROAD BOOK

Le gouvernement égyptien se sert de la populaire application de rencontre destinée aux hommes gais, Grindr, pour retracer les homosexuels.

Une source anonyme a révélé ces informations au magazine CairoScene, jeudi. Rappelons qu’être homosexuel est un crime en Égypte.

D’après ladite source, de nombreuses arrestations liées à Grindr ont eu lieu dans les derniers mois. La police utiliserait les services de géolocalisation de l’application afin de retracer ses utilisateurs.

«C’est troublant de voir que les gens sont prêts à partager des informations personnelles sur Internet dans un pays comme l’Égypte, déplore la source anonyme. C’est plus que stupide de faire ça, ici. Je conseillerais à tout le monde d’être très prudent s'ils utilisent des services de rencontre en ligne.»

Une récente vague de répression à l’égard de la communauté LGBT égyptienne a mené à une dissimulation généralisée de l’identité sexuelle de ses membres, rapporte le Jerusalem Post.

En avril, 11 Égyptiens ont été condamnés à 12 ans de prison pour avoir commis des actes homosexuels.

VOIR AUSSI:



Galerie photo Les 15 films marquants du cinéma LGBT Voyez les images