POLITIQUE
26/08/2016 02:30 EDT | Actualisé 26/08/2016 04:34 EDT

Départ de Harper : les conservateurs saluent le «fier bilan» de leur ancien collègue

OTTAWA – L'ex-premier ministre Stephen Harper aura réussi à transformer le paysage politique canadien de « façon permanente », selon d’anciens collaborateurs qui l’ont côtoyé de près pendant ses années au pouvoir.

« Il n’est pas venu en politique pour se faire aimer ou se faire aimer par les médias, même. Il est vraiment venu en politique pour faire une différence concrète pour les gens. Je pense qu’on peut dire, à ce niveau-là, mission accomplie », fait valoir Carl Vallée, qui est maintenant consultant sénior pour la firme Hatley Conseillers en stratégie à Montréal.

LIRE AUSSI : Stephen Harper quitte la vie politique

Il est d’avis que l’ancien chef conservateur est resté dans les parages, après l’élection du gouvernement libéral, pour assurer une certaine transition. Alors que la course pour sa succession est bien enclenchée et que la maison est en ordre, Harper a annoncé qu’il tirait sa révérence comme député de Calgary Heritage.

« Je pense qu’il laisse derrière lui un parti qui est en bonne santé, en bonne condition financière également et qui va être compétitif pour les prochaines élections en 2019 ou en 2023 », explique Carl Vallée, qui a été son attaché de presse pendant plus de cinq ans

Malgré tout ce qui a été véhiculé à son sujet, Harper était un « rassembleur » qui a réussi à « incarner le conservatisme » après la fusion de l’Alliance canadienne et du Parti progressiste-conservateur en 2003, selon Axel Rioux, ancien conseiller en relations médias au bureau du premier ministre.

« Oui, je pense que la greffe a pris, dit-il. Je ne pense pas que personne veut retourner en 1993, où le Bloc québécois était l’opposition officielle tellement que les progressistes-conservateurs avaient été anéantis. C’est un avertissement aux gens de bien s’entendre et de respecter les différentes factions qui composent le mouvement conservateur. »

Un «fier bilan» économique et à l’international

La chef par intérim du Parti conservateur, Rona Ambrose, a salué le « fier bilan » de son ancien chef. « Sous son leadership, la politique étrangère du Canada était claire et robuste, et les principes de notre pays étaient inébranlables », a-t-elle déclaré par voie de communiqué de presse.

Harper était reconnu pour son soutien inébranlable envers l’État d’Israël et de l’Ukraine, entre autres. Il a été le premier chef d’État canadien à s’adresser au Parlement israélien et avait dit au président russe Vladimir Poutine, en lui serrant la main au sommet du G20 en 2014, de sortir de la Crimée.

L’ancien premier ministre a d’ailleurs été décoré de l’Ordre de la liberté du gouvernement ukrainien, cette semaine, alors que le pays célébrait le 25e anniversaire de son indépendance.

«Sortez de l'Ukraine», aurait dit Harper à Poutine en 2014. (Photo : CP/AP)

« Tout l’enjeu de l’Ukraine incarne la façon dont M. Harper a pratiqué sa politique étrangère : avec une clarté morale très bien définie, illustre Carl Vallée en entrevue. On sait que c’est un enjeu qui lui tenait à cœur quand il était premier ministre. »

Axel Rioux décrit quant à lui un homme qui était préoccupé par les droits humains ailleurs dans le monde. « Le monde international, pour lui, c’était quelque chose de très important et il y pensait au quotidien. Pour lui, c’était aussi important [que l’économie] », dit-il.

Ses anciens collègues ont aussi vanté le bilan économique de son mandat, qui a été marqué par une récession mondiale. Le Canada s’en est sorti « plus rapidement et plus solidement que tout autre pays du G7 », a décrit Rona Ambrose. Des accords de libre-échange ont également été signés avec plus de 40 pays pendant ses neuf années au pouvoir.

Le leader conservateur du Sénat, Claude Carignan, a quant à lui remercié Harper pour son « savoir-faire économique solide, sa détermination envers l’équilibre budgétaire et ses politiques judicieuses » pendant son temps au gouvernement.

Harper va maintenant mettre de l’avant son expérience comme ancien leader du G7 afin d’aider les entreprises sur la scène internationale. Il a enregistré la compagnie Harper & Associates Consulting Inc. en décembre dernier.

Trudeau souligne son départ

Réuni avec l’ensemble du caucus libéral à Saguenay, le premier ministre Justin Trudeau a tenu à remercier Harper, qui « a servi le pays pendant de longues années avec tout son cœur ».

« Je sais qu’il a servi le pays pendant de longues années avec tout son cœur. Évidemment, je sais qu’en tant que père de famille, à quel point ce rôle de premier ministre exige des sacrifices par rapport à sa famille », a-t-il déclaré.

« Mais en tant que fils de premier ministre, je sais aussi à quel point la famille vit souvent des moments difficiles et j’ai aussi une pensée pour Laureen, pour Ben, pour Rachel qui ont été à ses côtés tout au long de son service et à qui je souhaite des belles années à venir, à l’écart de la vie politique. »

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo L'héritage politique de Stephen Harper Voyez les images