NOUVELLES
25/08/2016 02:24 EDT | Actualisé 25/08/2016 02:25 EDT

Le gouvernement colombien conclut un accord de paix avec les FARC (VIDÉO)

Le gouvernement de la Colombie et le plus important groupe rebelle du pays ont conclu tard mercredi un accord de paix qui pourrait mettre fin à 50 ans d'hostilités et à l'un des plus longs et plus sanglants conflits de la planète.

Le président Juan Manuel Santos a estimé que l'entente intervenue avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) offre l'occasion de passer à autre chose après des décennies d'une violence politique qui a fait plus de 220 000 morts et chassé plus de cinq millions de personnes de chez elles.

Il a ensuite indiqué que l'accord sera soumis à l'approbation des Colombiens, lors d'un référendum le 2 octobre.

M. Santos a annoncé jeudi qu'un cessez-le-feu à l'endroit des FARC entrera en vigueur à minuit, heure locale, lundi. Les FARC avaient annoncé un cessez-le-feu unilatéral l'an dernier et l'armée colombienne avait suspendu les bombardements aériens des camps rebelles, mais M. Santos refusait de proclamer la fin complète des opérations militaires tant qu'un accord n'aurait pas été conclu, ce qui est maintenant fait.

L'entente a été annoncée à La Havane, à Cuba, par des négociateurs qui tentaient depuis plusieurs jours de fignoler les derniers détails, après quatre ans de pourparlers.

L'ONU et plusieurs pays se sont empressés de féliciter la Colombie et les FARC pour cette percée.

Le texte final de l'accord n'a pas encore été rendu public, mais il prévoit que le gouvernement colombien mettra en place une réforme agraire agressive, qu'il réévaluera sa stratégie de lutte au trafic de drogue, et qu'il accentuera la présence de l'État dans les régions du pays qui sont négligées depuis longtemps.

Certaines clauses de l'entente font toutefois sourciller. L'accord stipule ainsi que les rebelles qui passeront aux aveux écoperont tout au plus de huit ans de travaux communautaires pour aider à reconstruire les communautés dévastées par le conflit. L'entente réserve également cinq sièges à la chambre basse et cinq sièges au Sénat au mouvement politique des FARC, et ce jusqu'en 2026.

Une offensive militaire soutenue par les États-Unis et qui aura duré 15 ans a affaibli les rangs des FARC et forcé ses chefs vieillissants à s'asseoir à la table de négociations en 2012.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo La Colombie au-delà des clichés Voyez les images