Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Nissan dit non à 3700 clients potentiels au Québec

Le projet était ambitieux, mais il était certainement un succès jusqu’à présent. L’objectif? Rassembler le plus grand nombre d’acheteurs intéressés à la Nissan Leaf afin d’obtenir un rabais de groupe de la part du manufacturier. En quelques semaines seulement, l’initiateur du projet Bruno Marcoux, un passionné de la voiture électrique demeurant à St-Lazare, avait réussi à recueillir 3712 participants.

Un nombre impressionnant sans aucun doute, mais qui n’a pas tout de même pas été en mesure d’inciter Nissan Canada à embarquer dans le projet.

« Nissan Canada n’est aucunement responsable et n’a fait aucun engagement de quelque façon que ce soit envers le groupe d’achat. Les véhicules Nissan neufs ne peuvent être achetés qu’auprès de concessionnaires Nissan. Les achats groupés ne sont pas autorisés ni appuyés par Nissan Canada et ne l’ont pas été antérieurement », a indiqué Nissan Canada.

« Nous recommandons aux membres de ce groupe, s’ils souhaitent acheter une Nissan LEAF, de consulter notre réseau de 38 concessionnaires expérimentés et certifiés pour les véhicules électriques au Québec. Ils peuvent répondre à toute question au sujet du produit, et ils ont accès à tous les programmes autorisés par Nissan ainsi qu’à nos meilleures offres », a ajouté le constructeur.

De son côté, Brune Marcoux est déçu, mais il demeure déterminé.

« Je demeure un fidèle fan de la Nissan Leaf et je souhaite de tout cœur que les gens achètent une Nissan Leaf avec l’offre régulière de l’AVÉQ. Et les gens qui eux attendaient une offre spéciale de la part de Nissan pour faire le saut à l’électromobilité (peu importe le véhicule) pourront sûrement se retourner vers d’autres manufacturiers qui voudront tenter de vendre des véhicules électriques d’une autre manière grâce à chargehub.com/groupe. Je m’excuse sincèrement d’avoir déçu les 3712 personnes inscrites en n’arrivant pas à négocier un rabais avec Nissan Canada. Je suis cependant très fier de la visibilité que ce projet a permis de donner à l’électromobilité au Québec et je demeure optimiste pour la suite des choses. On se relève, on enlève la poussière et on recommence », a indiqué monsieur Marcoux dans une déclaration officielle.

Le créateur du projet affirme aussi qu’il se tournera maintenant vers d’autres véhicules électriques et qu’il tentera d’obtenir un rabais auprès des concessionnaires plutôt que les manufacturiers.

Pour ce qui est de Nissan, difficile de comprendre ce qui a réellement motivé cette décision de ne pas participer. Pour qu’un manufacturier s’expose de la sorte à la condamnation publique, il devait bien y avoir des raisons autres que le simple fait de n’avoir jamais participé à un tel projet auparavant.

Manque de voitures? Pas assez de marge de profit avec la Nissan Leaf? Coopération difficile avec les concessionnaires? Manque de foi envers le projet et l’intérêt réel de ceux et celles qui se sont inscrits? Nous ne le saurons probablement jamais.

Voir aussi:

Nissan Leaf Autonomous Drive Photos
Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.