Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

13 haltérophiles médaillés à Pékin et à Londres déclarés positifs

La Fédération internationale d'haltérophilie a révélé mercredi les noms de 3 championnes olympiques chinoises et de 10 autres médaillés provisoirement suspendus à la suite de l'analyse de leurs échantillons des Jeux olympiques de Pékin (2008) et de Londres (2012).

Cao Lei (-75 kg), Chen Xiexia (-48 kg) et Liu Chunhong (-69 kg), toutes championnes à Pékin, ont été testées positives à une hormone de synthèse. Liu avait également été titrée aux Jeux d'Athènes en 2004.

Leurs échantillons contenaient tous du GHRP-2, une hormone de croissance.

La Canadienne Christine Girard (-63 kg), médaillée de bronze à Londres, concourrait dans la même catégorie que la médaillée d'or Maya Maneza. Cette dernière avait déjà échoué rétrospectivement à un contrôle antidopage. La médaillée d'argent Svetlana Tzarukaeva est aussi suspendue depuis le mois de juillet pour dopage.

Les autres Canadiennes Jeane Lassen (-75 kg à Pékin) et Marilou Dozois-Prévost (-48 kg à Pékin) pourraient passer respectivement de la 8e à la 7e place et de la 10e à la 8e place.

Les scandales de dopage dans l'haltérophilie sont monnaie courante. À Rio, cinq haltérophiles ont été exclus après avoir été déclarés positifs. Parmi eux, le médaillé de bronze kirghize Izzat Artykov, aussitôt déchu.

Autres médaillés déclarés positifs

  • Andrei Ryaboku (argent à Athènes et à Pékin)
  • Nastassia Novi (bronze à Pékin)
  • Iryna Kulesha (bronze à Londres)
  • Mariya Grabovetskaya (bronze à Pékin)
  • Maya Maneza (or à Londres)
  • Irina Nekrassova (argent à Pékin)
  • Khadzhilurat Akkayev (argent à Athènes et bronze à Pékin)
  • Dimitri Lapikov (bronze à Pékin)
  • Natalya Davydova (bronze à Pékin)
  • Olha Korobka (argent à Pékin)
Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.