NOUVELLES
21/08/2016 13:38 EDT | Actualisé 22/08/2017 01:12 EDT

JO-2016 - Rio répond toujours: ils ont dit

Petites phrases et grandes déclarations aux jeux Olympiques 2016 à Rio de Janeiro, du 5 au 21 août:

"J'ai réalisé mon rêve, et l'avoir fait dans mon pays me rend très fier."

- Neymar, sacré champion olympique avec la "Seleçao", le seul titre qui manquait au palmarès du Brésil.

"J'ai tant de souvenirs au Maracana, et aujourd'hui (samedi) un nouveau s'est créé. Quelle finale parfaite pour les JO !"

- Le "Roi" Pelé sur Twitter, après la victoire du Brésil contre l'Allemagne en finale du tournoi de foot messieurs.

"J'ai des proches en prison au pays. Si vous parlez de démocratie, ils vous tuent. Si je retourne en Ethiopie, peut-être qu'ils vont me tuer, ou me mettre en prison."

- L'Ethiopien Feyisa Lilesa, médaillé d'argent du marathon, qui en a franchi la ligne d'arrivée les bras croisés au-dessus de sa tête, comme ligotés, en signe de protestation contre la politique menée par le gouvernement de son pays.

"Je n'ai qu'une envie maintenant: rentrer chez moi, voir mes magnifiques enfants et leur passer chacun une médaille autour du cou."

- Le Britannique Mo Farah, auteur d'un nouveau doublé 5000 m-10.000 m à Rio, quatre ans après celui réalisé à Londres.

"On rêvait de participer ensemble, ensuite on rêvait de remporter tous les deux une médaille, puis pourquoi pas une médaille d'or, et on l'a fait tous les deux ! C'est juste incroyable !"

- Le boxeur français Tony Yoka, sacré champion olympique des super-lourds, 48 heures après sa compagne Estelle Mossely, titrée vendredi en -60 kg.

"On s'est tellement habitué à l'or. On a habitué notre public, le peuple français, nous aussi. Quand on arrive en finale et qu'on perd, c'est dur."

- Nikola Karabatic, double champion olympique de handball, après la défaite des Bleus face au Danemark en finale. L'équipe de France visait un triplé à Rio.

"Celui-là, je l'ai eu contre la Norvège et ce nouveau tatouage, c'est contre la France. C'est le prix à payer" (pour décrocher l'or olympique).

- La handballeuse russe Vladlena Bobrovnikova, en montrant son nez puis son cou, blessés au fil du tournoi. La Russie a battu la Norvège en demi-finale, puis la France en finale.

"J'ai appelé ma mère l'autre jour, quand j'ai gagné l'épreuve de plongeon synchronisé à 10 m, mais elle m'a dit : +Il est tellement tard. Pourquoi est-ce que tu m'appelles ? Je dormais déjà."

- Le Chinois Chen Aisen, double champion olympique de plongeon à 10 m (synchronisé et individuel), dont la mère ne se laisse pas facilement impressionner.

"J'avais un plan sur quatre ans, et je suis douée pour l'organisation, mais je n'ai absolument rien de prévu pour le 21 août. Donc, attendons, et on verra bien."

- La triathlète américaine Gwen Jorgensen, qui n'avait qu'une obsession jusqu'à samedi : devenir championne olympique. Mission accomplie.

"M. Hickey sera entendu pour la première fois par un juge mardi."

- Thomas Bach, président du Comité international olympique, à propos de Patrick Hickey, membre du CIO emprisonné à Rio dans le cadre d'une enquête sur un réseau de revente illégale de billets des JO.

"Pas mal pour deux immigrés, pas mal pour deux immigrés."

- La basketteuse américaine Diana Taurasi à propos de l'entraîneur de l'équipe des Etats-Unis Geno Auriemma et d'elle-même, tous les deux d'origine italienne et médaillés d'or.

es/sk