NOUVELLES
20/08/2016 14:39 EDT | Actualisé 21/08/2017 01:12 EDT

Turquie: des morts dans un attentat à la bombe à Gaziantep (député)

"Des personnes ont été tuées" dans ce qui est apparemment un attentat à la bombe lors d'un mariage dans la ville de Gaziantep dans le sud-est de la Turquie, près de la frontière syrienne, a annoncé samedi soir un député à la chaîne de télévision CNN Turk.

"Il y a des personnes qui ont été tuées et les premières informations laissent penser qu'il s'agit d'un attentat à la bombe", a déclaré Mehmet Erdogan, député du Parti de la justice et du développement (AKP), au pouvoir.

Le gouverneur de la province Ali Yerlikaya, cité par l'agence Anadolu, avait annoncé auparavant que l'attaque était "un attentat terroriste" qui visait un mariage et avait fait des blessés.

M. Erdogan a indiqué que si on ignorait qui avait perpétré cette attaque, la probabilité était forte qu'il s'agisse d'un attentat suicide.

Il a ajouté que ce genre d'attentat pouvait avoir été perpétré par le groupe Etat islamique ou par le Parti des Travailleurs du Kurdistan, le PKK kurde.

L'agence Dogan a indiqué que l'explosion s'était produite à 19H40 GMT et avait fait des morts et des blessés.

Des informations non vérifiées circulaient sur un nombre élevé de morts à Gaziantep.

Un responsable turc a déclaré que l'explosion avait eu lieu "pendant un mariage" et que "d'après les premières informations, la cérémonie se déroulait en plein air".

Le vice-Premier ministre Mehmet Sismek, également député de Gaziantep, a jugé "barbare d'attaquer un mariage". "L'objectif de la terreur est d'effrayer les gens, mais nous n'accepterons pas cela", a-t-il dit à la télévision.

Il a lui aussi évoqué la possibilité d'un attentat suicide.

- Série d'attentats -

Le sud-est et l'est de la Turquie ont été secoués en milieu de semaine par trois attentats qui ont fait 14 morts et été attribués par Ankara à la guérilla du PKK.

La guérilla kurde semble, après une relative acalmie à la suite du coup d'Etat manqué du 15 juillet en Turquie, avoir repris une campagne intense d'attentats contre des cibles des forces de sécurité.

Gaziantep se trouve juste au nord de la frontière syrienne et est devenu le point de passage de très nombreux réfugiés syriens fuyant la guerre qui dure depuis plus de 5 ans dans leur pays.

Mais la zone abriterait en dehors des réfugiés et des militants de l'opposition un nombre significatif de jihadistes.

La Turquie est la proie depuis plus d'un an d'une série d'attentats très meurtriers attribués à l'EI ou au PKK, notamment à Ankara et à Istanbul.

L'explosion de Gaziantep survient alors que le Premier ministre Binali Yildirim a annoncé en matinée que la Turquie souhaitait jouer un rôle "plus actif" dans la solution de la crise en Syrie afin de "faire cesser le bain de sang".

"Que nous l'aimions ou pas, Assad est aujourd'hui l'un des acteurs" de la guerre dans ce pays et il est possible de "lui parler pour la transition", a dit M. Yildirim, tout en excluant que ce soit la Turquie qui le fasse.

Ces propos interviennent alors que Ankara s'est réconcilié avec la Russie et a accéléré ses contacts avec l'Iran, avec l'échange de visites des chefs de la diplomatie turque et iranienne en une seule semaine.

La Russie comme l'Iran soutiennent activement le président syrien Bachar al-Assad, contrairement à la Turquie qui soutient les rebelles.

raz-pt/mf