NOUVELLES
20/08/2016 02:06 EDT | Actualisé 21/08/2017 01:12 EDT

Tchad: l'opposition appelle au "dialogue inclusif"

L'opposition tchadienne a appelé à la tenue d'un "dialogue inclusif" avec le pouvoir, dix jours après l'investiture du président Idriss Deby pour un cinquième mandat dans un climat tendu sur fond de manifestations, selon une déclaration transmise samedi à l'AFP.

"Nous sommes prêts pour un dialogue politique inclusif avec toutes les forces socio-politiques du pays", a déclaré le chef de file de l'opposition, Saleh Kebzabo, au nom du Front de l'opposition nouvelle pour l'alternance et le changement (Fonac), coalition qui rassemble une trentaine de partis.

"Pour être viable, un tel dialogue devrait se dérouler sous les auspices des partenaires (internationaux) du Tchad qui ont l'habitude de nous accompagner dans ce genre d'exercice", a pousuivi M. Kebzabo.

Parallèlement, "des actions de grande envergure seront lancées. Les semaines qui arrivent ne seront pas de tout repos pour le gouvernement", a-t-il averti.

Il a réaffirmé la volonté du Fonac de "livrer une lutte sans relâche contre le système MPS (Mouvement patriotique du salut), le parti au pouvoir honni par tous et qui tient tout un peuple en otage".

Le climat est tendu au Tchad depuis la réélection en avril du président Deby pour un cinquième mandat avec 59,92% des voix, l'opposition dénonçant un "hold up électoral".

M. Deby a été investi le 8 août en présence de nombreux chefs d'Etats africains et d'invités comme le ministre de la Défense français Jean-Yves Le Drian, au lendemain d'une manifestation pacifique de l'opposition, qui s'est soldée par la mort par balle d'un jeune manifestant.

yas-cl/jlb