NOUVELLES
20/08/2016 17:19 EDT | Actualisé 21/08/2017 01:12 EDT

Neymar offre une première médaille d'or au Brésil en soccer masculin

RIO DE JANEIRO — Le Brésil n'aura pas eu à attendre la cérémonie de clôture des Jeux olympiques de Rio pour amorcer la fête.

Neymar fils a joué les héros en marquant lors du dernier tir de barrage pour procurer au pays hôte sa toute première médaille d'or en soccer masculin grâce à une victoire de 1-1 (5-4) contre l'Allemagne, samedi. 

La foule du mythique Stade Maracana a sauté de joie et Neymar s'est effondré au sol en pleurs alors qu'il était rejoint par ses coéquipiers. Quelques instants avant le tir victorieux de Neymar, Weverton avait frustré Nils Petersen en plongeant à sa gauche.

Neymar avait permis aux Brésiliens de prendre l'avance, à la 27e minute de jeu, mais les Allemands ont créé l'égalité grâce à Max Meyer quelque 22 minutes plus tard.

Les 120 minutes de jeu n'avaient pas réussi à faire de maître, mais les deux équipes avaient obtenu de bonnes chances de marquer.

Lors du duel pour la médaille de bronze, le Nigéria a inscrit trois buts au fil des 56 premières minutes de jeu avant de résister à une poussée tardive du Honduras, dans un gain de 3-2.

En soirée, le Britannique Mo Farah a aussi réussi à faire vibrer les Brésiliens en devenant le premier coureur en 40 ans à décrocher l'or dans deux épreuves de longue distance lors de deux Jeux consécutifs en terminant sur la plus haute marche du podium au 5000m.

Farah avait déjà gagné le 10 000m aux Jeux de Rio, lui qui avait remporté les deux mêmes épreuves à Londres, il y a quatre ans.

Le dernier coureur à avoir réussi l'exploit était le Finlandais Lasse Viren aux Jeux de Munich, en 1972, et aux Jeux de Montréal, en 1976. Farah a enregistré un temps de 13 minutes 3,30 secondes.

Autres sports d'équipe

Dominante du début à la fin de la compétition, l'équipe féminine de basketball des États-Unis a maintenu la même allure en finale samedi. Guidées par Lindsay Whalen et Diana Taurasi, qui ont amassé 17 points chacune, les Américaines ont défait l'Espagne 101-72. La Serbie a battu la France 70-63 pour le bronze.

Les Françaises ont vécu une autre déception, celle-là au handball où elles ont subi un revers de 22-19 contre la Russie dans le match pour la médaille d'or. La Norvège a mérité le bronze grâce à un gain de 36-26 contre les Pays-Bas.

Les Néerlandaises ont également laissé filer le bronze au volleyball alors que les États-Unis ont arraché une victoire en quatre manches. La Chine et la Serbie lutteront pour l'or en fin de soirée.

Au water-polo, la Serbie a défait la Croatie 11-7 dans le match pour la médaille d'or tandis que l'Italie prenait la mesure du Monténégro 12-10 pour le bronze.

En boxe, le Cuba a gagné ses deuxième et troisième médailles d'or des Jeux, grâce Robeisy Ramirez (-56 kg) et Arlen Lopez (-75 kg). La Britannique Nicola Adams (48 à 51 kg) est aussi montée sur la plus haute marche du podium.

La Russe Margarita Mamun (gymnastique rythmique) et le Chinois Long Chen (badminton) ont aussi mérité des médailles d'or samedi.

L'or et rien d'autre

Dimanche après-midi, les membres de l'équipe masculine de basketball des États-Unis tenteront d'imiter leurs consoeurs alors qu'ils affronteront la Serbie. Et ils n'auront qu'un seul objectif en tête: ramener une troisième médaille d'or consécutive.

Pas d'or, pas de gloire. Aux États-Unis, on ne célèbre pas une médaille d'argent en basketball masculin.

«C'est la raison pour laquelle nous nous sommes présentés, et nous ne voulons pas partir d'ici avec autre chose qu'une médaille d'or», a rappelé Carmelo Anthony.

Les États-Unis croiseront le fer avec une formation qui a redonné de la fierté à une nation qui raffole de ce sport, et qui a assuré sa première médaille en basketball olympique depuis que la Serbie est devenue un pays indépendant en 2006.

Et après la convaincante victoire des Serbes contre l'Australie vendredi, il serait facile de croire que leur mission est déjà accomplie. Mais leur entraîneur-chef ne leur permettra pas de penser ainsi.

«Je connais deux façons, a noté Sasha Djordjevic lors de sa conférence d'après-match vendredi. Vous jouez au basketball, ou vous jouez au basketball pour gagner. Vous ne me connaissez pas, mais je peux vous dire que ma réponse est B.»

La dernière fois qu'ils ont livré bataille aux Américains pour un titre, les Serbes n'avaient pas fait le poids, s'inclinant 129-92 contre une équipe qui avait gagné tous ses matchs par une moyenne de 33 points.

«Il y a deux ans, en Espagne, nous n'étions pas prêts mentalement, a expliqué le capitaine serbe Milos Teodosic. Nous étions trop heureux d'avoir accédé à la finale. Nous avons vécu cette expérience et nous ne pouvons faire en sorte que ça se répète.»