NOUVELLES
20/08/2016 08:34 EDT | Actualisé 21/08/2017 01:12 EDT

Le chef adjoint du Parti vert espère qu'Elizabeth May restera comme chef

OTTAWA — Le Parti vert du Canada essuierait une lourde perte si Elizabeth May choisissait de quitter son poste de chef, estime le chef adjoint de la formation, Daniel Green.

L'écologiste, qui s'est présenté pour les verts aux dernières élections, juge que personne n'a la «stature» pour remplacer celle qui dirige le parti depuis 10 ans presque jour pour jour.

Il y a environ deux semaines, avant le congrès de son parti, Elizabeth May avait affirmé qu'elle serait prête à céder les rênes de la formation si quelqu'un levait la main.

Sa réflexion s'est intensifiée après que les militants verts eurent adopté au congrès une résolution en appui au mouvement «boycott, de désinvestissement et de sanctions» (BDS) contre Israël, auquel elle s'oppose.

Le «coeur brisé», Mme May a dit qu'elle prendrait quelques jours de vacances pour faire le point et tâcher d'en arriver à une décision. Aux dernières nouvelles, cela n'était pas encore fait, selon Daniel Green.

Une conférence téléphonique du conseil fédéral, l'instance du parti, est prévue dimanche.

Il n'est pas certain que l'on saura dimanche si Mme May demeure en poste, mais il sera certainement question du vote sur le mouvement BDS, a souligné M. Green.

Elizabeth May est la seule députée du Parti vert du Canada à siéger à la Chambre des communes. Elle y représente la circonscription de Saanich—Gulf Islands, en Colombie-Britannique, depuis 2011.

Elle bénéficie d'un solide appui des membres de son parti. En avril dernier, elle a obtenu un score de 94 pour cent lors du vote sur la révision de son leadership.

Sous sa houlette, les verts ont récolté des suffrages de 6,8 pour cent (2008), 3,9 pour cent (2011) et 3,5 pour cent (2015) à l'échelle nationale.