NOUVELLES
20/08/2016 00:39 EDT | Actualisé 20/08/2017 01:12 EDT

JO-2016 - Un sport, un objet: le pistolet laser du pentathlon moderne

C'est la touche futuriste adoptée par le pentathlon moderne, sport conçu il y a plus d'un siècle par le baron Pierre de Coubertin et poussé à se réinventer pour conserver son fauteuil olympique: remisées les armes à plomb, les pentathlètes tirent désormais au pistolet laser.

D'aspect, les deux armes sont comparables. Le canon adapté au tir laser peut même s'installer sur un ancien pistolet à plomb. C'est le choix qu'a fait le N.1 français, Valentin Prades: "C'est la même arme, la même technique, à part qu'au lieu de tirer des petites billes de plomb, c'est un rayon laser", explique-t-il à l'AFP.

Pas de révolution technique pour les pentathlètes, mais une transformation profonde de leur sport, associant tir, natation, escrime, équitation et course à pied.

Car le passage du plomb au laser, adopté en 2009 par la Fédération internationale de pentathlon moderne, a suivi l'introduction de l'épreuve combinée, associant la course à pied au tir sur le modèle du biathlon, en conclusion de la journée de compétition.

Les deux ont fait leurs débuts olympiques il y a quatre ans à Londres.

"Un vrai plus, ludique" pour le pentathlon moderne, estime le champion du monde 2016, Valentin Belaud. "L'ancien tir (au plomb), c'était le matin à 8 heures, en salle, une heure de silence complet: on s'ennuyait, et au départ de la course (alors la dernière épreuve), les classements étaient faits", se souvient le N.2 Tricolore sans nostalgie.

"C'est devenu un tir de vitesse et moins un tir de précision", explique Christian Roudaut, le directeur technique national de l'équipe de France. "Il y a plus de jeu, de combat, de confrontation, ça correspond plus au profil général des pentathlètes", ajoute-t-il.

L'abandon du plomb au profit du laser répond en outre à des préoccupations économiques et environnementales. Un kit laser coûte au moins 30% moins cher, entre 1000 et 1500 euros, et évite de "consommer plusieurs kilos de plomb par an", selon Prades.

Surtout, le pistolet laser lève des obstacles liés à la sécurité. Sans projectile, et donc sans danger, le pentathlon moderne en profite pour se lancer à l'assaut de nouveaux terrains de jeu et de nouveaux adeptes, notamment parmi les plus jeunes. A l'image d'une compétition récemment organisée en bord de plage, à Saint-Cyprien, près de Perpignan (sud-ouest de la France). Inimaginable avec des pistolets à plomb.

es/sk/agu