NOUVELLES
20/08/2016 02:17 EDT | Actualisé 21/08/2017 01:12 EDT

France - Paris SG: Cavani, enfin libre ?

Edinson Cavani peut-il combler le grand vide laissé par Ibrahimovic ? Remis d'une blessure musculaire, l'Uruguayen va enfin faire ses débuts cette saison à son poste favori d'avant-centre, lors de la réception de Metz dimanche pour la 2e journée de championnat, avec la lourde tâche de faire oublier le géant suédois.

"Ibra" prenait tant de place avec ses buts, ses gestes fous, son physique de colosse, son charisme intimidant. Maintenant qu'il est parti conquérir l'Angleterre sous la tunique rouge de Manchester United, c'est à Cavani, l'émotif longtemps frustré de rester dans l'ombre du grand Z, qu'incombe le rôle de buteur numéro un au sein de ce PSG entré dans l'ère Unai Emery.

Il aura tout de même fallu au "matador" patienter trois saisons pour être exaucé. Durant cette période délicate, ses réclamations pour occuper l'axe furent vaines et il a été trimballé de droite à gauche d'une attaque où il a aussi fallu faire de la place à Angel Di Maria, arrivé l'été dernier.

Sa réussite devant le but a fini par s'en ressentir avec une moyenne passée de 0,58 but par match pour les deux premières saisons, à 0,49 pour la troisième. Surtout, Cavani a broyé du noir l'hiver dernier, pointé du doigt par les cadres de l'équipe pour être parti en vacances plus tôt que les autres lors de la trêve.

- 64 millions d'euros -

Réprimandé à son retour, il a même vu son statut de titulaire chahuté par le Brésilien Lucas, qui lui fut préféré pour affronter Chelsea en 8es de finale de Ligue des champions.

Après ces déboires qu'il espère définitivement derrière lui, Cavani doit dorénavant montrer enfin la pleine mesure du redoutable buteur en série que Paris pensait s'offrir en déboursant à Naples 64 millions d'euros, transfert le plus cher du club - et de France - à ce jour.

Pour cela, il possède déjà la "confiance totale" d'Unai Emery, qui n'a pas tergiversé, dès son arrivée il y a un peu plus d'un mois, pour en faire son avant-centre titulaire. L'Uruguayen a d'ailleurs montré d'excellentes dispositions en préparation, avant de se blesser à un adducteur et de manquer les deux premiers rendez-vous de la saison, le Trophée des champions aisément conservé contre Lyon (4-1) et l'ouverture de la L1, bien négociée à Bastia (1-0).

En son absence, Emery a placé Hatem Ben Arfa à la pointe de l'attaque. Un choix plutôt probant face aux Lyonnais, avec un but à l'actif de l'ancien Niçois, et un peu moins face aux Corses, alors que Jesé son remplaçant en seconde période a été passeur sur le but vainqueur de Layvin Kurzawa.

- "Il va en marquer des buts" -

Si le PSG a de la ressource en attaque en ce début de saison, il est temps de permettre à Cavani de faire parler sa générosité et son sens du but, pour que la confiance le gagne vite, alors que dans trois semaines va débuter la campagne de Ligue des champions.

"J'ai toute confiance en Edinson, a réaffirmé le technicien espagnol vendredi en conférence de presse. C'est un très, très bon joueur. Il a l'opportunité de jouer là où il aime, au poste d'avant-centre. Mais toute l'équipe a la responsabilité de construire les offensives et si l'équipe joue bien dans ce sens, Cavani marquera, car c'est ce qu'il sait faire."

Bienveillant à l'endroit de l'Uruguayen, Emery sait aussi qu'un buteur de son profil, différent d'un Ibrahimovic capable de se créer des occasions tout seul, dépend énormément de l'altruisme de ses coéquipiers. Di Maria, Javier Pastore, Lucas, mais aussi Ben Arfa et Jesé devront être de généreux passeurs.

Car si Cavani a un talent certain, c'est de souvent faire de bons appels et d'être toujours bien placé. "Combien de buts il marquera ? Ça, je ne le sais pas, mais je suis certain qu'il va bien jouer et qu'il va en marquer", a promis Emery.

nip/cda/adc