NOUVELLES
20/08/2016 14:07 EDT | Actualisé 21/08/2017 01:12 EDT

Espagne - 1e journée: le Barça et Messi envoient un message au Real

Le FC Barcelone a démarré fort sa campagne pour la défense de son titre de champion d'Espagne avec une large victoire face au Bétis Séville (6-2), samedi, lors de la 1re journée de la Liga.

Un doublé de Lionel Messi (37e, 58e) et un triplé de Luis Suarez (42e, 56e, 81e), complétés par un but plein d'opportunisme d'Arda Turan (6e), ont offert les trois points aux hommes de Luis Enrique, le Bétis ne répondant que par Ruben Castro (21e, 84e).

"C'est Lionel Messi. Il est égal à lui même", a confié Luis Enrique après la rencontre. "Si Luis (Suarez, NDLR) et lui jouent avec le reste de l'équipe, tout ce qu'il y à faire, c'est prendre du plaisir."

Le message envoyé à un Real Madrid ambitieux est clair: pour reprendre le titre de champion d'Espagne, installé en Catalogne depuis deux ans, il faudra être bon. Voire très bon.

Car ce Barça-là ne s'est pas contenté de se renforcer cet été, il a aussi, et surtout, conservé ce fond de jeu qui lui permet de régner en maître dans tout le pays, à défaut d'Europe, chasse gardée des rivaux de la capitale.

Démonstration au bout de 6 minutes à peine avec le but d'Ardan Turan, bien servi par Jordi Alba au sortir d'un bon travail de Lionel Messi.

Le Turc est en forme en ce début de saison: double buteur et passeur en Super Coupe d'Espagne, face au FC Séville, l'accrocheur milieu de terrain a réalisé un match plein face à l'autre club andalou, apportant ce brin d'agressivité qui a parfois manqué aux Blaugrana la saison dernière.

Dans un autre style, il n'a rien eu à envier à Neymar, parti disputer les JO avec le Brésil, qu'il remplaçait ce samedi au Camp Nou.

Mais le héros, côté catalan, se nomme Messi. Comme d'habitude, aurait-on envie d'ajouter. Sa nouvelle chevelure blonde n'a rien enlevé au talent de l'Argentin, impliqué dans tous les buts de son équipe. Comme d'habitude.

Et l'autre bonne nouvelle côté catalan est que les nouvelles recrues ont aussi assuré, Samuel Umtiti en tête. Sobre et efficace, le Français, titulaire, a réalisé un match solide.

Denis Suarez, revenu à la maison après deux ans à Villarreal et au FC Séville, a fait le travail au milieu, tout comme Sergi Roberto, très actif sur son côté droit avec deux passes décisives.

Lucas Digne, arrivé cet été du PSG, est lui entré en jeu à la place de Jordi Alba (76e).

Côté sévillan, Aïssa Mandi (ex-Reims) et Jonas Martin (ex-Montpellier), deux anciens pensionnaires de Ligue 1, étaient titulaires au coup d'envoi. S'ils ont fait un bon match, le défenseur algérien et le milieu français n'ont pu empêcher les Verdiblancos de couler face à une équipe qu'ils n'ont plus battue depuis 2011 et un quart de finale de Coupe du Roi.

"En tant que fan de football, j'ai apprécié la performance de Messi. Si vous jouez contre Messi, vous ne voulez vraiment pas qu'il soit en forme. Son but nous a déstabilisé et, de là, ça nous a compliqué les choses", a expliqué Gustavo Poyet, l'entraîneur du Bétis.

"Si vous venez pour gagner, ils vont vous en mettre cinq ou six. En tant qu'équipe, il nous faut être fort mentalement pour continuer comme ça, avoir confiance en notre jeu."

Seule inquiétude pour les locaux, la passivité de la défense, coupable sur les deux buts -superbes- de Castro (21e, 84e).

Le Real Madrid de Zinédine Zidane, qui affronte la Real Sociedad dimanche, est prévenu.

De son côté, Villarreal n'a pas préparé son barrage retour de la Ligue des champions face à Monaco, mardi sur le Rocher, de la meilleure des manières.

Battu à l'aller (1-2), le Sous-Marin Jaune n'a pu faire mieux qu'un match nul laborieux face à Grenade (1-1), pourtant seulement 16e la saison dernière.

Le Séville FC s'est, semble-t-il, bien remis du départ de son entraîneur Unai Emery au PSG. Le quintuple vainqueur de la C3, désormais dirigé par Jorge Sampaoli, s'est en effet imposé face à l'Espanyol Barcelone au terme d'un match fou fou fou (6-4), qui a notamment vu le Français Wissam Ben Yedder, arrivé de Toulouse cet été, ouvrir son compteur-but en Espagne.

mca/ch/ps