Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Les réactions à la démission du ministre des Transports Jacques Daoust (VIDÉO)

La classe politique n'a pas tardé à réagir vendredi à la démission forcée du ministre des Transports Jacques Daoust à la suite de la controverse entourant la vente de l'entreprise Rona.

«Je tiens à remercier monsieur Daoust pour avoir servi l’État avec conviction dans les dix dernières années, à titre de député et ministre du gouvernement ainsi que de président-directeur général d’Investissement Québec. Il faut saluer son dévouement et sa contribution à l’économie du Québec», a fait savoir le premier ministre, Philippe Couillard, dans un communiqué.

«Aujourd'hui il n'avait plus le choix» a commenté Sylvain Gaudreault, chef par intérim du PQ sur la chaîne LCN. «C'est de la déconstruction de notre joyau de l'économie», a-t-il poursuivi à propos de Rona. «C'est à M. Couillard de dire ce qu'il savait. On ne parle pas de la vente de n'importe quoi, on parle de la vente des actifs du gouvernement dans Rona»», a-t-il conclu.

Du côté de la Coalition Avenir Québec (CAQ), le député de Granby François Bonnardel se demande qui a donné le feu vert à la vente des actions de RONA.

«Puisque Jacques Daoust maintient n'avoir rien à se reprocher, qui du gouvernement a autorisé la vente des actions de RONA? Qui a donné le "ok" au directeur de cabinet, Pierre Ouellet? Est-ce alors le cabinet du premier ministre qui a donné son accord? On n'en sait toujours rien, malgré le départ de Jacques Daoust. La réalité est que le premier ministre a fait preuve de laxisme en couvrant son ministre depuis des mois. Il aura fallu la divulgation de quelques courriels pour qu'il lui retire enfin sa confiance. M. Couillard a prouvé une fois de plus qu'il a manqué aux devoirs liés à sa fonction», a déclaré François Bonnardel, par voie de communiqué.

Quant à Québec solidaire, le parti demande au gouvernement de ne pas faire de Jacques Daoust «un bouc émissaire».

«La déclaration de Jacques Daoust pour annoncer sa démission ne permet malheureusement pas de faire la lumière sur la vente des actions de Rona. M. Daoust jure ne pas avoir menti et ne pas avoir donné l'autorisation. Alors qui a donné le "ok" que le chef de cabinet Pierre Ouellet a transmis aux dirigeants d'Investissement Québec? Il devient de plus en plus clair que la décision politique vient du bureau du premier ministre Couillard. S'il est conséquent lorsqu'il dit que des questions sérieuses se posent, Philippe Couillard doit répondre à la demande de Québec solidaire et exiger que M. Ouellet et M. Dufresne, son propre chef de cabinet, témoignent en commission parlementaire la semaine prochaine», a réagi la députée de Sainte-Marie-Saint-Jacques, Manon Massé.

Député de Verdun depuis le 7 avril 2014, M. Daoust était membre du Parti libéral du Québec, ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports.

Né à Verdun le 17 février 1948, il est marié et père de deux enfants.

Jacques Daoust et la vente de Rona

VOIR AUSSI:

Quelques bourdes du gouvernement Couillard
Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.