NOUVELLES
19/08/2016 07:21 EDT | Actualisé 19/08/2016 07:22 EDT

L'attaque de Nice fait une 86e victime

ASSOCIATED PRESS
A French flag stands stall amongst a floral tribute for the victims killed during a deadly attack, on the famed Boulevard des Anglais in Nice, southern France, Sunday, July 17, 2016. French authorities detained two more people Sunday in the investigation into the Bastille Day truck attack on the Mediterranean city of Nice that killed at least 84 people, as authorities try to determine whether the slain attacker was a committed religious extremist or just a very angry man. (AP Photo/Laurent Cipriani)

PARIS - L'attentat terroriste perpétré à Nice le mois dernier a fait une 86e victime.

La secrétaire d'État française chargée de l'Aide aux victimes, Juliette Méadel, a annoncé sur Twitter vendredi le décès d'un homme blessé lors de l'attaque du 14 juillet.

L'identité de l'individu n'a pas été dévoilée, mais on sait qu'il était marié et père de quelques enfants. Il devient la deuxième victime hospitalisée à finalement succomber aux blessures subies quand un Tunisien qui vivait en France a foncé avec un camion dans la foule qui s'était rassemblée à l'occasion de la fête nationale française.

L'attaque a été revendiquée par le groupe armé État islamique.

Par ailleurs, les autorités municipales de Nice ont décidé elles aussi d'interdire les burkinis sur leur territoire. La décision annoncée jeudi interdit tous les maillots de bain ayant une connotation religieuse, pour des raisons de sécurité.

Plusieurs autres villes françaises ont adopté des mesures similaires. Les leaders politiques font valoir que les burkinis oppriment les femmes et contreviennent à la sécularité du pays. Certains détracteurs y voient plutôt une mesure discriminatoire.

Voir aussi:

Galerie photo Hommages aux victimes de Nice Voyez les images