NOUVELLES
16/08/2016 05:55 EDT | Actualisé 17/08/2017 01:12 EDT

Yémen: les rebelles ont profité des pourparlers pour se réarmer (coalition)

La coalition dirigée par l'Arabie saoudite a accusé mardi les rebelles yéménites qu'elle combat dans leur pays d'avoir profité de trois mois de pourparlers de paix pour se réarmer, alors qu'une escalade militaire a suivi la suspension de ces négociations.

"Ils trompaient les gens avec cette négociation pour réorganiser et réalimenter leurs forces et revenir au combat. Ils n'ont aucun programme politique", a déclaré à l'AFP le porte-parole de la coalition, le général saoudien Ahmed al-Assiri.

Il a ajouté que la coalition arabe, qui a lancé en mars 2015 des frappes aériennes contre les rebelles chiites Houthis, fera "ce qu'il faut" pour rétablir la sécurité au Yémen.

Le 9 août, les avions de la coalition ont repris leurs frappes contre des positions rebelles sur plusieurs régions, dont la capitale Sanaa, trois jours après la suspension de négociations de paix inter-yéménites qui se tenaient depuis trois mois au Koweït.

Les raids se poursuivent depuis, mais la coalition vient d'être accusée de frappes meurtrières sur une école et un hôpital dans le nord.

Selon la coalition, la suspension des pourparlers a fait suite à des violations répétées du cessez-le-feu par les Houthis et leurs alliés qui soutiennent l'ex-président Ali Abdallah Saleh.

Quelques jours avant la suspension des pourparlers, 12 soldats saoudiens avaient été tués dans des affrontements à la frontière yéménite. Par ailleurs, d'intenses bombardements rebelles ont tué deux civils à la frontière saoudienne la semaine dernière.

Selon le général Assiri, le cessez-le-feu a été violé "dès le premier jour" par les rebelles. Dès lors que les combats et les bombardements reprennent à grande échelle, la coalition a l'intention d'une part d'appuyer les forces gouvernementales, d'autre part de protéger les frontières saoudiennes, a-t-il dit.

Il a affirmé qu'au cours des trois derniers mois, "la contrebande d'armes vers le Yémen n'a pas cessé" en dépit d'un blocus du pays par la coalition.

L'Arabie saoudite sunnite accuse régulièrement l'Iran chiite d'aider les Houthis pour la déstabiliser.

L'opération militaire saoudienne au Yémen intervient alors que Ryad prévoit un déficit d'environ 77 milliards d'euros pour 2016 après la chute de ses revenus pétroliers ces deux dernières années.

Interrogé sur la durée de l'intervention saoudienne au Yémen, le général Assiri a répondu que "pour la sécurité nationale et la stabilité de la région, cela prendra (le temps) qu'il faudra".

it/lyn/cmk/ras/vl