NOUVELLES
16/08/2016 09:38 EDT | Actualisé 17/08/2017 01:12 EDT

Ukraine : Hollande appelle à "se garder de toute escalade"

Le président français François Hollande a appelé mardi les parties en présence en Ukraine, en proie à un regain de tension, à "se garder de toute escalade" qui rendrait "plus difficile" la mise en oeuvre des accords de Minsk, dans un communiqué publié par l'Elysée.

Cet appel a été lancé à l'occasion d'un entretien téléphonique de M. Hollande avec la chancelière allemande Angela Merkel et le président ukrainien Petro Porochenko organisé "à la demande de ce dernier", pour "faire un point sur la situation en Ukraine".

Le chef de l'Etat français "a rappelé la position constante de la France sur l'annexion illégale de la Crimée (en 2014 par la Russie, ndlr) qui ne saurait être reconnue", relève également la présidence française.

"Comme les parties s'y sont engagées, l'ensemble des Accords de Minsk doit être respecté et mis en oeuvre dans les meilleurs délais", a déclaré M. Hollande. Il "a appelé à se garder de toute escalade qui rendrait cet objectif plus difficile à atteindre".

Dans ce contexte, il a de nouveau marqué l'engagement de la France et rappelé sa disponibilité en vue d'une nouvelle rencontre dans "le format Normandie".

Les sommets au "format Normandie" réunissent les dirigeants français, allemand, russe et ukrainien, François Hollande, Angela Merkel, Vladimir Poutine et Petro Porochenko. Le premier d'entre eux avait eu lieu le 6 juin 2014, en marge des célébrations du 70e anniversaire du Débarquement allié sur les côtes françaises de Normandie.

Le président français a souligné qu'un règlement pacifique de la situation dans l'est de l'Ukraine passait par "le rétablissement de la sécurité, la mise en oeuvre d'un cessez-le-feu durable et l'organisation d'élections dans le cadre de la loi ukrainienne et (dans) le respect des critères internationaux".

La tension entre la Russie et l'Ukraine à propos de de la Crimée s'est accrue vendredi avec l'annonce par Moscou du déploiement dans cette péninsule de systèmes de défense antiaérienne et antimissile dernier cri S-400.

Ce déploiement était attendu, un haut responsable russe l'ayant annoncé le mois dernier, mais il intervient à un moment où le ton est monté entre ces deux pays. Il s'agit d'un des plus forts accès de fièvre dans les relations entre Moscou et Kiev, à couteaux tirés depuis l'arrivée au pouvoir de pro-occidentaux en Ukraine début 2014.

glr/caz/nou/bds