NOUVELLES
16/08/2016 11:32 EDT | Actualisé 17/08/2017 01:12 EDT

Sierra Leone: 2 manifestants, dont un mineur, abattus par la police

Un collégien et un vendeur de rue ont été abattus mardi par les forces de sécurité à Kabala, dans le nord de la Sierra Leone, lors d'une manifestation de jeunes qui protestaient contre la délocalisation d'un projet de centre de formation professionnelle.

Les versions divergeaient de part et d'autre : tandis que la police de Kabala affirmait que les jeunes militants ont mis le feu à plusieurs bâtiments, les manifestants évoquaient un rassemblement pacifique de quelques dizaines de personnes, stoppé net par des balles tirées dans la foule.

"Ils n'étaient pas armés et chantaient des chansons afin que les autorités reviennent sur leur décision. Mais soudain, on a entendu des tirs et deux personnes dans la foule se sont effondrées", a raconté à l'AFP Mohamed Marrah le représentant du Conseil des jeunes de la province de Koinadugu, près de la frontière guinéenne.

Selon lui, la manifestation était liée à la décision de construire dans une autre localité un centre de formation à l'origine destiné à cette communauté rurale pauvre pour en améliorer les débouchés.

"Nous protestions pour défendre nos droits", a poursuivi Mohamed Marrah, "mais la police a réagi violemment en tirant des grenades lacrymogènes et des balles réelles dans la foule, tuant deux des nôtres et en blessant grièvement de nombreux autres".

Les infirmières d'un hôpital voisin ont confirmé à l'AFP avoir vu deux cadavres et estimé avoir soigné au moins 15 blessés.

Les victimes, dont on ignorait encore l'identité, ont reçu des tirs dans le dos ou à la tête, selon les manifestants et un témoin contactés par l'AFP. Un correspondant de l'AFP a vu un jeune à peine pubère gisant dans une mare de sang.

Un officier de police joint par l'AFP a assuré que les manifestants avaient attaqué et brûlé le bureau de l'APC (All People's Congress), le parti au pouvoir, ainsi que son propre domicile. Le surintendant Alimammy Bangura dit avoir été "réduit à la pauvreté", sa maison ayant été réduite en cendres.

Selon la police, une enquête a été ouverte. Elle a appelé au calme et décrété un couvre-feu. Des renforts militaires ont été envoyés de la capitale régionale, Makeni, pour protéger les bâtiments administratifs une fois la nuit tombée.

Kabala est située dans une zone particulièrement défavorisée de Sierra Leone, l'un des pays les plus pauvres au monde. Environ 70% des jeunes Sierra-Léonais sont au chômage ou sous-employés, selon l'ONU.

str-jom/dom/sst