NOUVELLES
16/08/2016 08:29 EDT | Actualisé 17/08/2017 01:12 EDT

JO-2016/Golf dames: Ko et les Sud-Coréennes se ruent vers l'or olympique

Cela fait 116 ans que les joueuses de golf n'ont plus touché d'or olympique. Mais samedi à Rio, la N.1 mondiale Lydia Ko ou une Sud-Coréenne, ou une autre, trouveront bien une pépite au terme de leur ruée de quatre jours sur le parcours de Barra da Tijuca.

Si chez les hommes, qui jouaient pour la première fois aux JO depuis 112 ans, le tournoi a été snobé par une grande partie du gratin mondial, chez les dames en revanche, le champ est digne d'un Majeur.

Toutes les meilleures mondiales seront là pour succéder à l'Américaine Margaret Abbott titrée en 1900 à Paris pour le seul et unique tournoi olympique dames de golf.

"Les jeux Olympiques étaient mon principal objectif cette saison", a assuré lundi Ko, vainqueur en avril du ANA Inspiration, l'un des cinq Majeurs féminins de l'année.

"Si je finis avec l'or sur la plus haute marche du podium, ce sera quelque chose de très spécial. Je ne sais pas si j'enlèverai cette médaille un jour de mon cou. Elle me provoquera des bleus lorsque je ferai mes swings", a poursuivi la Néo-zélandaise de 19 ans, en coloriant d'humour son immense détermination.

Mais toutes ses adversaires habituelles du circuit professionnel LPGA seront au départ mercredi avec le même objectif. Ainsi, neuf des dix premières mondiales seront au départ sur le parcours inauguré par les hommes la semaine dernière et qui a souri au Britannique Justin Rose.

- Objectif triplé pour la Corée -

Et encore! C'est le système de sélection qui a empêché la la N.10 sud-coréenne Jang Ha-na de s'aligner au départ.

En effet, pour définir le champ de 60 joueuses qualifiées pour le tournoi olympique, les instances ont décidé de s'appuyer sur le classement mondial au 10 juillet (après l'US Open) mais en limitant à quatre le nombre de joueuses d'un même pays. Or Jang, toute 10e mondiale qu'elle est, n'est que N.5 dans son pays...

C'est dire si la Corée du Sud, seule nation représentée par quatre joueuses à Rio, a placé haut ses ambitions. Et que la pression sera forte sur l'ex-N.1 mondiale Park In-bee aujourd'hui N.5 et sur Kim Sei-young (N.6), Chun In-gee (N.8) et Amy Yang (N.9).

"Notre but est de ramener l'or, l'argent et le bronze", a déclaré l'entraîneur des Sud-Coréennes, Pak Se-ri, idole en son pays avec ses 25 titres LPGA, dont cinq majeurs.

Et s'il fallait encore motiver les joueuses du Pays du matin calme, la Fédération sud-coréenne (KGA) a promis 300 millions de wons (241.000 euros) à celle d'entre elles qui monterait sur la plus haute marche du podium.

bur-ig/sk