NOUVELLES
16/08/2016 09:06 EDT | Actualisé 17/08/2017 01:12 EDT

Israël arrête des Palestiniens accusés d'avoir été recrutés par le Hezbollah via Facebook

Les services de sécurité israéliens ont annoncé mardi avoir arrêté neuf Palestiniens dont certains avaient été recrutés via Facebook par le Hezbollah libanais pour commettre des attentats contre Israël.

Le Hezbollah implanté au Liban voisin, ainsi que l'Iran, son allié, sont considérés par Israël comme ses principaux ennemis.

Ces Palestiniens avaient reçu "ordre de commettre des attaques armées, des attentats suicide à la bombe contre des objectifs israéliens et d'aider au recrutement d'autres Palestiniens pour les activités" du Hezbollah, a affirme le service israélien de sécurité intérieure Shin Beth dans un communiqué.

Selon le Shin Beth, un agent du Hezbollah a notamment utilisé le réseau social Facebook pour recruter un Palestinien de Qalqilya, qui a ensuite enrôlé à son tour quatre habitants de cette même localité du nord de la Cisjordanie occupée, a ajouté le Shin Beth.

Le Shin Beth accuse cette cellule de s'être livrée à des activités de renseignement contre l'armée israélienne ainsi qu'à des entraînements armés avant que ses membres ne soient arrêtés en juin.

Un Palestinien de la bande de Gaza recruté par le Hezbollah avait également réussi à enrôler trois Palestiniens de Cisjordanie occupée qui ont, selon le Shin Beth, commencé à s'entraîner et à planifier des attaques.

Ces quatre Palestiniens ont également été arrêtés avant de passer à l'action, selon le Shin Beth.

Le service de sécurité intérieure a accusé le Hezbollah d'"encourager à distance le terrorisme" en Israël.

En janvier, Israël avait affirmé avoir démantelé une cellule de cinq Palestiniens de Tulkarem en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967, recrutés par Jawad Nasrallah, fils du dirigeant du Hezbollah Hassan Nasrallah.

Israël a mené une guerre en 2006 contre le Hezbollah qui a fait plus de 1.200 morts au Liban, en majorité des civils, tandis que 160 Israéliens, pour la plupart des soldats, étaient tués.

Le mouvement chiite libanais a pris pour cible des patrouilles de l'armée israélienne à la frontière avec le Liban à la suite d'attaques menées contre certains de ses membres le 4 janvier.

Le communiqué du Shin Beth a été rendu public quelques heures avant une tournée d'inspection du ministre de la Défense Avigdor Lieberman et du chef d'état-major Gadi Eisenkot à la frontière libanaise.

L'ambassadeur d'Israël à l'ONU Danny Danon a appelé dans un communiqué le Conseil de sécurité à considérer le Hezbollah comme une organisation terroriste.

Le Hezbollah est considéré comme tel notamment par les Etats-Unis, la Grande-Bretagne ainsi que par les six pays arabes du Golfe et la Ligue Arabe. L'Union européenne a classé la branche militaire du mouvement sur sa liste des organisations terroristes.

jjm/jlr/lal