NOUVELLES
16/08/2016 11:49 EDT | Actualisé 17/08/2017 01:12 EDT

Fort McMurray: étude sur de possibles cas d'état de stress post-traumatique

FORT MCMURRAY, Alb. — Des chercheurs québécois ont terminé leur cueillette de données à Fort McMurray dans le cadre d'une étude visant à déterminer si des résidants de la ville albertaine, ravagée en mai par un incendie de forêt, souffrent d'un état de stress post-traumatique.

La professeure de psychologie de l'Université Laval, Geneviève Belleville, a indiqué mardi que deux de ses assistants de recherche rentraient à Québec après avoir passé trois semaines à Fort McMurray.

Tous deux ont mené des entrevues auprès de 50 habitants. Trois cents autres citoyens ont rempli un questionnaire en ligne portant sur leur santé mentale.

Plus de 80 000 résidants de Fort McMurray ont dû être évacués lorsqu'un incendie de forêt a frappé la ville, en mai dernier. Le brasier, qui a échappé pendant des semaines au contrôle des pompiers, a détruit sur son passage 2400 maisons et bâtiments.

Les données recueillies par les chercheurs semblent indiquer, à première vue, que certains habitants sont aux prises avec de douloureux souvenirs, font des cauchemars ou souffrent d'insomnie, a dit Mme Belleville.

Il faudra toutefois attendre qu'une analyse plus approfondie soit faite, a-t-elle précisé, avant de pouvoir conclure que ces résidants se trouvent réellement dans un état de stress post-traumatique. L'étude devrait se clore cet automne.