Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Des chefs cuisinent avec les restes des Jeux olympiques pour nourrir les plus démunis

Italian chef Massimo Bottura walks in Rio de Janeiro, as the Rio 2016 Olympic Games are being held in Brazil, on August 9, 2016.Restaurant-goers usually pay hundreds of euros to eat the creations of Massimo Bottura, but during the Olympics he is serving up scraps to poor Brazilians for free. Bottura's ingredients are garbage-bound surplus food donated by the catering companies at the Olympic park and athletes' village. / AFP / TASSO MARCELO        (Photo credit should read TASSO MARCELO/AFP/Getty Images)
Italian chef Massimo Bottura walks in Rio de Janeiro, as the Rio 2016 Olympic Games are being held in Brazil, on August 9, 2016.Restaurant-goers usually pay hundreds of euros to eat the creations of Massimo Bottura, but during the Olympics he is serving up scraps to poor Brazilians for free. Bottura's ingredients are garbage-bound surplus food donated by the catering companies at the Olympic park and athletes' village. / AFP / TASSO MARCELO (Photo credit should read TASSO MARCELO/AFP/Getty Images)

Si la nature controversée des Jeux olympiques de Rio est indéniable, les bonnes actions, elles, ne doivent pas passer sous silence. Quelques unes de ces B.A. sont réalisées par des chefs de renommée internationale, provenant de partout dans le monde.

Selon le reportage de Metro UK, ceux-ci utilisent la nourriture non consommée par les athlètes pour cuisiner de tout nouveaux plats et les distribuer aux gens dans le besoin à Rio.

Le but est audacieux: créer et distribuer 5 000 plats par jour. C'est le défi que Massimo Bottura, possédant trois étoiles Michelin, et David Hertz se disent prêts à relever.

Toujours selon Metro UK, Gastromotiva, nom donné à l'initiative, n'utilisera que de la nourriture sur le point d'être jetée. «Nous voulons vaincre la faim dans le monde et rendre la bonne nourriture plus accessible», a confié Hertz au média britannique.

Le projet humanitaire n'est pas éphémère: après les Olympiques et les Paralympiques, Gastromotiva compte rester implantée dans la ville en tant qu'entreprise sociale.

VOIR AUSSI:

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.