BIEN-ÊTRE
11/08/2016 02:19 EDT | Actualisé 11/08/2016 02:26 EDT

Ces griffes de mode québécoises qui se démarquent ici et à l'étranger

Hugo Hamaoui

Comment se positionne Montréal sur la mappemonde mode? Est-elle une ville de mode qui compte sur l'échiquier international? Quelles sont ces griffes de mode québécoises qui se démarquent ici et à l'étranger?

À la veille du 16e Festival Mode & Design (FMD) - 15 au 20 août 2016 - nous avons interviewé sur ces questions Stéphane Le Duc - en charge du prestigieux volet des conférenciers du FMD et bible vivante du monde de la mode.

S'ouvrir à l'international dès les débuts

«On sent chez la jeune génération le désir d'aller rapidement vers l'international à l'exemple de Hip &Bone », débute Stéphane Le Duc. « Ils ont ouvert des boutiques en Chine très rapidement. Le nom de la griffe est en anglais, leur style urbain, ce qui a clairement facilité les opérations. C'est aussi la génération qui vit avec les médias sociaux. Autre griffe,Judith & Charles , dans un style plus classique, qui a une réputation de qualité et de belles finissions. Ils sont aussi bien entrepreneurs que créateurs. Dans un registre plus commercial, Lolë a une politique tournée vers l'extérieur. Le produit aussi est parfaitement adapté à une génération qui bouge et qui veut s'entraîner. Parenthèse, le vêtement de sport a toujours été une force pour le Québec même si on ne l'identifiait pas dans la catégorie création mode.

«C'est l'une des forces de Montréal et c'est aussi l'une des missions Festival Mode & Design: être accessible sans négliger l'audace! »

Comment décrirais-tu la vibe de Montréal?

«Montréal devient un lieu de création. Il faut dire qu'on peut bien y vivre sans être multimillionnaires. Pour la production, aussi, c'est plus facile. Souvent, les jeunes y débutent puis s'exportent et partent vers de plus grandes villes, malheureusement. Être un berceau de création, c'est formidable, ce serait encore mieux s'ils restaient! »

Quels sont les talents émergents ou déjà reconnus qui se distinguent clairement?

«3.paradis, ils ont été formés au Collège LaSalle, l'un vient de Paris, l'autre de Hong Kong. Ils vivent entre l'Europe et Montréal. Ils ont un style très urbain et très haut de gamme. Il est impossible de leur accoler une nationalité, mais ils ont été formés ici. Il faut dire qu'on a de très bonnes écoles au Québec»

Photo: Les créateurs de 3.paradis

Du côté des manufacturiers, quelles sont ces griffes qui s'exportent et dont on ne sait pas forcément qu'elles sont québécoises?

«Dynamite et Garage, c'est Québécois, on les connaît bien sûr, mais on les confond souvent avec Forever 21, ce qui n'est pas mauvais dans le fond. Ce sont typiquement des enseignes dont on ne connaît pas forcément l'origine. La marque Ça va de soi, nombreux sont ceux qui pensent que la marque est française, mais non. Et d'ailleurs, ce n'est pas nécessaire de mettre un drapeau en façade. Il y a Ardène, Aldo, Le Chateau, Yellow, La vie en Rose, qui sont québécoises, pour certaines elles font partie intégrante de nos vie depuis des décennies. »

Crois-tu que si l'on connaissait l'origine des griffes ou enseignes, on consommerait différemment?

«Dans les années 90, c'était très fort l'esprit nationaliste, puis occulté dans les années 2000. Dernièrement, il y a une conscience montante de l'environnement et de l'économie locale chez les jeunes, c'est certain que cela va atteindre la mode aussi plus largement. »

Si l'on devait retenir trois noms de créateurs montants?

«3.Paradis dont on parlait plus tôt, les frères Joncas, très tôt ils ont manifesté beaucoup de talent et une vraie vision, et aussi Hip & Bone, qui eux aussi ont une vision bien à eux. C'est le nerf de la guerre. »

Parmi les 15 conférenciers, quel sentiment se dégage à l'idée de venir à Montréal?

«Ils sont tous très curieux à l'idée de découvrir Montréal. Pour Hervé Léger, c'est un rêve de venir. Didier Vervaeren, le créateur belge est très excité. Il faut dire qu'il y a de nombreuses similitudes entre le Québec et la Belgique. Quant à Charlie Le Mindu, français, véritable artiste des cheveux et artiste génial, il a franchement hâte d'être parmi nous. Il envisagerait même un jour de venir vivre ici.»

Galerie photo Les photos du casting du Festival Mode & Design Voyez les images

À VOIR