NOUVELLES
11/08/2016 12:12 EDT

Sympathisant de l'EI abattu en Ontario : la GRC a agi sur la foi d'une information du FBI

L'opération policière menée mercredi contre le sympathisant du groupe armé l'État islamique (EI) Aaron Driver a été lancée après que la GRC eut reçu du FBI une vidéo de revendication révélant que le jeune homme de 24 ans s'apprêtait à utiliser un engin explosif artisanal pour commettre un attentat dans un centre urbain à l'heure de pointe.

C'est ce qu'a révélé Mike Cabana, sous-commissaire de la police fédérale, dans un point de presse donné jeudi après-midi. La vidéo de revendication, alimentée par le FBI mecredi matin, a d'ailleurs été diffusée aux membres des médias. Rien n'indique qu'il avait des complices.

L'opération policière contre M. Driver, qui était connu des autorités, a commencé mercredi après-midi dans un quartier de Strathroy, une petite localité de 20 000 habitants à l'ouest de London. La police, accompagnée d'une unité de l'armée, répondait à une « menace terroriste potentielle ».

Selon la famille d'Aaron Driver, il aurait d'abord été blessé après avoir déclenché un engin explosif, puis les policiers l'auraient abattu avant qu'il n'en actionne un deuxième. Une autre personne aurait été blessée par l'explosion, ajoute CBC.

Un policier, sous le couvert de l'anonymat, a indiqué à l'Associated Press qu'Aaron Driver prévoyait commettre un attentat dans un lieu public.

L'agence provinciale Metrolinx et la Commission des transports de Toronto (CTT) avaient d'ailleurs renforcé mercredi la sécurité dans les transports en commun après avoir été avisés par la GRC d'une menace sérieuse en lien avec l'opération policière à Strathroy. D'importants effectifs policiers ont notamment été déployés à la gare Union de Toronto, utilisée par 200 000 personnes chaque jour.

« En guise de précaution, on avait lancé un appel "si vous voyez quelque chose, dites-le" à tous les employés, comme on le fait lors d'un attentat ailleurs dans le monde ou s'il y a une menace au pays », a raconté le porte-parole de la CTT Brad Ross.

Le chef de police de Toronto, Mark Pugash, a toutefois dit à CBC qu'« il n' y a rien qui laisse croire que Toronto était la cible ».

Pour M. Juneau-Katsuya, consultant en sécurité et ex-membre du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS), les policiers n'ont peut-être pas eu le choix d'abattre Driver, parce qu'il « allait mettre en péril » la vie des agents qui étaient venus pour l'arrêter.

«Y avait-il une personne de sa famille, un ami qui a communiqué avec la GRC, y avait-il de la surveillance électronique et on savait qu'il était prêt à passer à l'action?» ― Michel Juneau-Katsuya, ex-membre du SCRS

VOIR AUSSI:

Galerie photo Le sympathisant de l'État islamique Aaron Driver tué à Strathroy Voyez les images