NOUVELLES
10/08/2016 08:41 EDT | Actualisé 10/08/2016 08:41 EDT

La France nie avoir caché qu'un médicament, le Dépakine, causait des anomalies congénitales

Sreedhar Yedlapati via Getty Images
Medicines

Les responsables français de la santé ont nié mercredi avoir caché les résultats d'une étude sur un médicament contre l'épilepsie qui cause des anomalies congénitales.

Un hebdomadaire, Le Canard enchaîné, rapporte que le ministère de la Santé a fait disparaître une étude qui révélait que le médicament a été prescrit à plus de 10 000 femmes enceintes entre 2007 et 2014, au moment où les risques potentiels pour la santé étaient connus.

Le ministère a répliqué mercredi que l'étude a été initiée il y a plus d'un an et que ses conclusions préliminaires seront présentées, comme prévu, le 24 août aux parents dont les enfants ont été touchés par le médicament anticonvulsions Dépakine, qui est vendu en France par le géant pharmaceutique Sanofi.

Une étude publiée en février estimait qu'environ 450 enfants nés en France avec des anomalies congénitales avaient été exposés au médicament pendant la grossesse de leur mère.

VOIR AUSSI:

Galerie photo Les 15 médicaments les plus vendus en France Voyez les images