Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Une personne morte dans le grave incendie sur la Métropolitaine à Montréal

MONTRÉAL — Un homme âgé d'une quarantaine d'années a perdu la vie lorsque le camion-citerne à bord duquel il prenait place s'est embrasé après avoir été impliqué dans un accident survenu sur l'autoroute métropolitaine, dans le nord de Montréal, mardi.

Le cabinet du maire Denis Coderre a indiqué que le Service de sécurité incendie de Montréal avait été appelé à intervenir pour éteindre un incendie majeur «impliquant des matières dangereuses»

Le camion-citerne transportant du diesel a pris feu après l'impact.

Des images de l'accident montraient qu'une personne a tenté en vain de porter secours à l'homme qui se trouvait à l'intérieur de la cabine du camion.

L'incendie aurait été maîtrisé par les pompiers en un peu plus d'une heure. Quelque 70 pompiers étaient sur les lieux pour combattre les flammes, selon le directeur adjoint du Service de sécurité incendie de Montréal, Sylvain L'Hostie.

M. L'Hostie a affirmé en entrevue téléphonique que l'accident avait impliqué un camion-citerne, deux véhicules «de type plate-forme» et une automobile.

Il a confirmé que la victime était à bord du camion-citerne.

Sylvain L'Hostie a ajouté que six personnes avaient été «évaluées» par Urgences-Santé, dont deux qui ont été transportées à l'hôpital pour des blessures mineures.

En point de presse sur les lieux de l'accident un peu après 19 h, le porte-parole de la Sûreté du Québec, Jimmy Potvin, a affirmé que la scène était «sécuritaire», sans pouvoir dire à quel moment la circulation reprendrait sur l'autoroute métropolitaine.

Cette artère majeure a été fermée en direction est à la sortie Saint-Laurent et en direction ouest à la sortie Christophe-Colomb. Les automobilistes devaient utiliser des déviations par les rues Jarry ou Jean-Talon.

La SQ s'affairait à recueillir les indices sur les circonstances de l'accident, notamment en récupérant les images des caméras à proximité et en parlant à des témoins.

De leur côté, les ingénieurs du ministère des Transports du Québec (MTQ) attendaient toujours en milieu de soirée que les pompiers — qui continuaient de renouveler le tapis de mousse sur les lieux de l'accident — leur donnent le feu vert pour monter sur la structure. Ils devaient aussi attendre qu'une entreprise de récupération pompe ce qui restait de produit à l'intérieur de la citerne.

Fadi Moubayed du MTQ a dit qu'une demi-douzaine d'ingénieurs étaient en attente et deux autres devraient s'ajouter sur les lieux. Si cela est ensuite nécessaire, cinq équipes opérationnelles du ministère des Transports du Québec pourront faire les travaux nécessaires pour remplacer l'asphalte, le béton, un lampadaire ou encore pour faire des interventions dans le domaine de l'électricité. S'il ne peut pas encore se prononcer sur le temps que prendront les réparations, il a assuré que les équipes travailleront «en continu» jusqu'à la remise en service de l'autoroute.

En attendant, des mesures ont été mises en place pour détourner la circulation. En point de presse, Denis Coderre a déclaré que les automobilistes devront sans doute se «trouver un autre chemin» mercredi matin, ajoutant que des mesures pour réduire les impacts seraient mises en vigueur en coordination avec le MTQ.

Le directeur du Service des infrastructures, de la voirie et des transports de Montréal, Claude Carrette, a recommandé aux automobilistes «d'éviter le secteur ou de changer leur horaire de déplacement». Il a aussi mentionné que le Centre de mobilité urbaine de la Ville de Montréal suivra la situation avec son réseau de plus de 300 caméras et proposera des chemins alternatifs si nécessaire. Déjà, M. Carrette a parlé du boulevard Henri-Bourassa ainsi que des rues Jarry et Jean-Talon.

Quant à la Société de transport de Montréal (STM), elle envisage d'ajouter quelques rames de métro et des autobus en faisant appel à du personnel supplémentaire. Le président de son conseil d'administration, Philippe Schnobb a dit que la STM réévaluera la situation si l'autoroute devait rester fermée pendant une longue période.

Au cours de l'incendie, le métro a cessé de faire des arrêts à la station Crémazie, sur la ligne orange, avant que le service ne reprenne normalement en début de soirée. Certains circuits d'autobus étaient toujours détournés vers les stations Jarry ou Sauvé en fin de soirée.

En point de presse un peu plus tôt, le ministre provincial des Transports, Jacques Daoust, semblait craindre des dommages «du côté» où l'incendie a fait rage, sans savoir si les réparations allaient se limiter à du «pavage et des joints d'étanchéité» ou si la structure était davantage touchée.

La Ville de Montréal a fait état par communiqué de dommages aux bâtiments de la FTQ et de la Caisse Desjardins situés à proximité.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.