Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Un juge lève l'interdit contre les manifestations politiques aux Jeux de Rio

RIO DE JANEIRO — Un juge brésilien a ordonné mardi au comité organisateur des Jeux olympiques de lever l'interdiction de manifester pacifiquement sur les sites.

Plusieurs personnes avaient été expulsées des stades parce qu'elles tenaient des pancartes antigouvernementales.

La crise politique s'est accentuée mardi alors que le Sénat a amorcé les procédures finales pour destituer la présidente suspendue Dilma Roussef. Plusieurs partisans de celle-ci profitent des compétitions pour afficher leur colère. Leur slogan, écrit à la main sur des pancartes ou imprimé sur des chandails, se répand sur les réseaux sociaux: «Fora Temer» (congédiez Michel Temer), l'actuel président par intérim du pays.

Un juge fédéral a indiqué qu'il n'y avait rien dans une loi spéciale adoptée avant les Jeux pour restreindre la liberté d'expression des Brésiliens garantie par leurs droits constitutionnels. Dans son jugement, qui peut être infirmé en appel, il menace d'imposer des amendes allant jusqu'à 3200 $ à ceux qui expulsent des manifestants pacifiques des installations olympiques.

Le Comité international olympique (CIO) interdit toutes manifestations politiques pendant les Jeux et prie les spectateurs de ne pas perturber les compétitions.

Le comité organisateur de Rio a indiqué qu'il envisageait de demander au juge de revoir sa décision, sinon il pourrait, en dernier recours, interjeter appel.

«C'est un événement mondial. Nous pensons et espérons que les stades ne deviendront pas une plateforme pour les débats politiques», a déclaré un porte-parole du CIO, Mark Adams. Il a ajouté que l'organisme avait l'intention de respecter «assurément» les lois brésiliennes.

Les manifestations à l'intérieur des stades ont été sporadiques et pacifiques. Plusieurs Brésiliens considèrent que leur interdiction est une forme de censure gouvernementale. Un bénévole du CIO dit avoir quitté son poste afin de protester contre ce qu'il a appelé des violations contre la liberté d'expression.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.