Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Dix femmes de pouvoir dans le monde

Si elles sont encore une minorité, des femmes ont percé le "plafond de verre" pour entrer dans le club très fermé des grands dirigeants politiques mondiaux.

En onze années à la tête de l'Allemagne, Angela Merkel s'est hissée au rang de dirigeante incontournable, que ce soit dans la gestion de la crise financière ou sur la question de l'accueil des réfugiés.

Première femme dans l'histoire de son pays à accéder à la fonction de chancelière en 2005, cette ancienne docteur en physique de 62 ans, a été qualifiée de "femme la plus puissante du monde" par le magazine Forbes.

Deuxième femme à diriger le Royaume-Uni après Margaret Thatcher, Theresa May, 59 ans, a accédé au pouvoir le 13 juillet dernier, après la démission de David Cameron suite au référendum en faveur du Brexit.

Ministre de l'Intérieur depuis 2010, celle qui avait rejoint le camp du maintien dans l'Union européenne, aura la tâche historique de négocier la sortie du Royaume-Uni de l'UE.

Hillary Clinton est, à 68 ans, aux portes de la Maison Blanche, première femme à porter les couleurs d'un grand parti américain à l'élection présidentielle.

Ancienne Première dame (1993-2001), partenaire stratégique de son mari Bill, elle s'est à son tour lancée en politique 2001 en devenant sénatrice de l'Etat de New York, puis secrétaire d'Etat de Barack Obama.

Icône de la démocratie birmane et prix Nobel de la paix, Aung San Suu Kyi a été empêchée de devenir présidente de son pays en raison d'une Constitution héritée de la junte.

L'ancienne dissidente de 71 ans a placé à ce poste un homme de sa garde rapprochée, après la très large victoire de son parti aux élections de novembre 2015. En tant que chef de la diplomatie et conseillère spéciale d'Etat, c'est elle qui dirige de facto la Birmanie.

Surnommée "la Dame de fer", Ellen Johnson Sirleaf est entrée dans l'histoire en devenant en 2005 la première présidente élue du Liberia et d'Afrique, avant d'obtenir le prix Nobel de la paix.

Cette économiste de 77 ans, ex-haut fonctionnaire internationale et ex-ministre des Finances, a été reconduite à la tête de son pays en 2011.

Depuis la suspension de Dilma Rousseff au Brésil, Michelle Bachelet, 64 ans, est devenue la seule femme dirigeante en exercice en Amérique latine.

Ancienne opposante torturée sous le régime de Pinochet, elle a été la première femme ministre de la Défense en Amérique latine, avant d'accéder une première fois à la présidence du Chili en 2006-2010. Elle a été réélue en 2013.

Première femme nommée directrice du Fonds monétaire international (FMI) en pleine crise de la dette (2011), Christine Lagarde vient d'être reconduite à la tête de la toute puissante institution.

Cette ancienne avocate d'affaires de 60 ans avait auparavant été la première femme ministre de l'Economie en France.

Janet Yellen, 69 ans, est la première femme à présider la banque centrale des Etats-Unis, depuis 2014. Ancienne professeur de Harvard, elle a été l'économiste en chef de Bill Clinton à la Maison Blanche.

La Bulgare Irina Bokova est devenue en 2009 la première femme à diriger l'Unesco, institution de l'ONU chargée de mettre en oeuvre des programmes pour l'éducation, la sauvegarde du patrimoine et la liberté d'expression.

Réélue en 2013, cette diplomate de 64 ans insiste pour que l'Unesco défende l'égalité des femmes.

Elle est candidate au poste de secrétaire général de l'ONU.

La Chinoise Margaret Chan, 68 ans, dirige l'Organisation mondiale de la santé (OMS) depuis 2006. Elle a fait de la santé des femmes une des priorités de cet organisme des Nations unies.

ber/acm/at

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.