NOUVELLES
08/08/2016 06:17 EDT | Actualisé 09/08/2016 05:49 EDT

Rio 2016: L'équipe canadienne de rugby à 7 s'offre le bronze

Les Canadiennes attendaient les Britanniques de pied ferme dans le match pour le bronze, après avoir subi une cuisante défaite de 22-0 en phase de groupe. Elles se sont bien vengées en leur arrachant la médaille de bronze par la marque de 33-10, lundi soir, la première médaille olympique de rugby à 7 féminin.

Elles ont montré que leur défaite était derrière elles dès le début de la rencontre. Elles ont été les premières à s’inscrire au pointage grâce à un essai de la Québécoise Karen Paquin et une transformation de Ghislaine Landry.

Les Britanniques ont rapidement répliqué avec un essai, mais ont raté leur transformation. Le Canada a donc conservé une avance de deux points (7-5).

Ce pointage serré a vite été éclipsé par des essais de Ghislaine Landry, Bianca Farella et Kelly Russell. À la mi-temps, les Canadiennes menaient déjà 26-5.

Les Britanniques ont réduit l’écart de cinq points en début de deuxième demie, mais ont encore une fois souffert d’une transformation ratée. Avec un peu plus de 3 minutes à jouer, Ghislaine Landry a mis fin aux chances d'un retour de la Grande-Bretagne en ajoutant un essai et une transformation à la récolte du pays.

Les larmes de joie ont commencé à couler du côté canadien dès que le sifflet final s’est fait entendre. La médaille de bronze n’était pas celle que la formation de John Tait souhaitait à son arrivée au Brésil, mais après les échecs vécus plus tôt durant le tournoi contre les Australiennes et les Britanniques, les joueuses se disaient très heureuses de cette conclusion positive.

«Ça fait du bien de terminer en force avec une victoire. Dès le début du match, nous étions toutes sur le même plan de jeu et nous avons vraiment bien joué ensemble, en équipe», s’est réjouie l’attaquante Karen Paquin.

Pour l'arrière Ashley Steacy, la médaille de bronze des représentantes du pays est une belle démonstration de résilience.

«Nous souhaitions évidemment la médaille d’or, mais les Australiennes ont très bien joué contre nous [en demi-finales]. Ce qui nous définit, c’est comment nous remontons d’une situation comme ça. Je pense que nous l’avons prouvé contre la Grande-Bretagne et c’est ce que nous souhaitions», a mentionné Ashley Steacy.

Ce podium est le résultat de plusieurs années de sacrifices pour les représentantes du pays. Les joueuses ont dû s’exiler à Victoria, en Colombie-Britannique, pour continuer à pratiquer leur sport dans l’équipe canadienne.

«Avec le déménagement et toutes les heures de travail, cette médaille est extraordinaire. Il y a tellement de travail derrière notre présence ici. La pression retombe enfin et nous allons pouvoir profiter du moment», a confié Paquin.

L’athlète de Québec espère que cette médaille créera un engouement pour son sport au pays.

«C’est un beau moment pour le rugby canadien. J’espère que notre victoire va inspirer les jeunes filles, qu’elles vont prendre un ballon ovale et dire: "C’est à ça que je veux jouer"», a-t-elle ajouté.

L'Australie sur la plus haute marche

Après la victoire du Canada, l’Australie a vaincu la Nouvelle-Zélande 24-17 en finale et a remporté la première médaille d’or olympique de l’histoire dans ce sport.

Les Néo-Zélandaises avaient pourtant bien commencé la rencontre. Elles ont marqué les cinq premiers points. L’Australie a égalisé 5-5 quelques minutes plus tard, puis a devancé son adversaire 10-5.

Après la mi-temps, les Australiennes ont porté le score à 24-5, avant que leurs adversaires puissent ajouter un essai au tableau. En fin de match, la formation néo-zélandaise a réussi un dernier essai suivi d'une transformation, mais il était déjà trop tard. Le coup de sifflet final s’est fait entendre dès que le ballon a touché le sol.

Voir aussi:

Galerie photo Rio 2016: les médailles canadiennes Voyez les images