Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

JO-2016 - Efimova: la médaille après les affaires ?

Gagner mais à quel prix? La Russe Yuliya Efimova, qui se débat dans des affaires de dopage depuis dix-huit mois, entend profiter du 100 m brasse lundi pour décrocher une médaille aux JO de Rio pour lesquels elle a été repêchée.

Outre le 100 m brasse dames, trois autres titres olympiques seront décernés en natation. Et quatorze au total pour cette troisième journée des JO.

"J'ai vécu dix-huit mois un peu fous. Je ne comprenais pas ce qui se passait, a commenté Yuliya Efimova après avoir réalisé le deuxième temps des séries. Je suis juste contente d'être là, et prête pour la compétition."

Car depuis 2014, les affaires de dopage s'enchaînent. Il y eut d'abord une suspension de 16 mois pour un contrôle positif à un stéroïde. Puis, en mars 2016, un nouveau contrôle positif, cette fois au Meldonium, un produit très à la mode dans le sport russe avant son interdiction le 1er janvier dernier. La sanction a finalement été levée et la nageuse blanchie.

Ce pédigrée particulier avait incité la Fédération internationale (Fina) à la priver de JO le 25 juillet, comme six autres nageurs russes, à la suite des révélations du rapport McLaren sur le système de dopage d'Etat en Russie. Sanction levée vendredi dernier, juste avant la cérémonie d'ouverture, par le Comité international olympique (CIO).

Voilà donc Efimova en finale du 100 m brasse, après avoir essuyé quelques sifflets. Une deuxième médaille - après le bronze des JO-2012 sur 200 m brasse- lui permettrait de tourner la page.

Par un curieux télescopage, un autre nageur suspendu pour dopage sera dans la piscine lundi: le Chinois Sun Yang, double champion du monde en titre, suspendu trois mois après un contrôle positif en 2014 à une molécule destinée à prévenir les angines de poitrine. Il s'alignera en finale du 200 m nage libre.

Mais sa présence ne ravit guère ses adversaires. "Je n'ai pas de respect pour les dopés", a lâché l'Australien Mack Horton, médaillé d'or du 400 m libre. Des propos qui ont suscité une vive polémique en conférence de presse et outré l'équipe chinoise qui a exigé -en vain- des excuses du nageur australien.

Par la suite, les médias chinois l'ont traité d'"arrogant cynique" et d'"immoral". Le hashtag #NePleurePasSunYang! domine depuis la plateforme Weibo (le Twitter chinois), tandis qu'apparaissent dans la presse des commentaires teintés de nationalisme.

Outre le 100 m brasse dames et le 200 m nage libre, seront attribués les titres sur 100 m dos messieurs et dames. Avec peut-être quelques records du monde supplémentaires à ajouter aux six déjà battus depuis le début des Jeux.

Hors des bassins, parmi les autres couronnes en jeu, celle de la gymnastique par équipes messieurs est revenue au Japon, porté par le "roi" Kohei Uchimura qui, bardé de titres individuels et qui brigue une deuxième médaille d'or au concours général, a enfin réussi son pari d'offrir un titre olympique à son pays, devant la Russie et la Chine.

Par ailleurs, le rugby à VII féminin, nouveau venu au programme olympique, a un premier champion : l'Australie, victorieuse de la Nouvelle-Zélande (24-17), alors que le bronze est revenu aux Canadiennes.

Par ailleurs le Brésil a décroché sa première médaille d'or, grâce à Rafaela Silva (-57 kg) en judo alors que la chute des favoris se poursuit en tennis. Après Novak Djokovic en simple, les soeurs Williams et la paire française Nicolas Mahut/Pierre-Hugues Herbert en double, le Français Jo-Wilfried Tsonga a quitté le tournoi, éliminé par le Luxembourgeois Gilles Muller en deux sets 6-4, 6-3.

Rayon extra-sportif, le Comité d'organisation a annoncé le remplacement des drapeaux chinois utilisés lors des cérémonies de remise de médailles, en réponse à la plainte officielle des autorités chinoises qui n'en reconnaissaient pas le graphisme.

Le drapeau chinois est composé d'une grande étoile, représentant le Parti communiste, avec à sa droite quatre petites étoiles pointées vers le centre de la plus grande.

Mais les quatre petites étoiles des drapeaux chinois aux Jeux de Rio pointent toutes vers le haut...

pga/dla/el

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.