Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

JO-2016/dopage : un peu de respect entre athlètes, demande le CIO

Le Comité international olympique (CIO) a lancé un appel au respect entre les athlètes après le déclenchement d'une polémique visant notamment des nageurs suspectés de dopage par leurs adversaires.

"Nous voulons vraiment encourager la liberté d'expression. Mais d'un autre côté, les Jeux, c'est le respect des autres et le respect du droit des autres à participer", a souligné Mark Adams, porte-parole du CIO.

L'Australien Mack Horton, médaillé d'or du 400 m libre, a mis le feu au bassin de Rio en revendiquant n'avoir "pas de respect pour les dopés". Des propos qui visaient le Chinois Sun Yang, double champion du monde en titre, suspendu trois mois après un contrôle positif en 2014 et qui devait s'aligner en finale du 200 m nage libre lundi soir.

Dimanche, la nageuse russe Yuliya Efimova, poursuivie par plusieurs affaires de dopage, a pour sa part essuyé des sifflets du public et des attaques verbales de certaines de ses adversaires en se qualifiant pour la finale du 100 m brasse.

"Il y a une limite à cet endroit-là et chaque cas est différent bien sûr, a-t-il ajouté. Mais oui, j'encourage les gens à respecter leurs adversaires!"

En revanche, le CIO n'envisage pas d'intervenir dans ces polémiques qui, de fait, l'embarrassent singulièrement. "Actuellement, nous n'avons pas reçu de plaintes de quiconque et ne ressentons pas le besoin d'aller plus loin".

Le CIO avait été vertement critiqué dans son attitude face au dopage russe juste avant le début des Jeux. Après la mise en lumière par le rapport McLaren d'un dopage d'Etat en Russie, il avait refusé d'exclure l'ensemble des sportifs russes, laissant aux Fédérations internationales puis à un panel de trois de ses membres le soin de trancher.

rcw/th/dla/sk

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.