Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

HRW dénonce la pendaison de 20 prisonniers en Iran

Human Rights Watch (HRW) a condamné lundi la pendaison par l'Iran de 20 prisonniers dans l'une des plus importantes exécutions de masse en République islamique, déplorant que le pays "reste le leader régional en matière d'exécutions".

L'Iran a annoncé la semaine dernière avoir exécuté 20 membres d'un groupe "terroriste" sunnite accusés d'avoir mené des attaques contre des civils et des responsables religieux dans la région kurde (ouest).

Avec "l'exécution de masse de prisonniers le 2 août dans la prison Rajai-Shahr (à l'ouest de Téhéran, ndlr), l'Iran a atteint "un niveau bas et honteux en matière de droits de l'Homme", a déclaré Sarah Leah Whitson, directrice de Human Rights Watch pour le Moyen Orient.

"Avec au moins 230 exécutions depuis le 1er janvier, l'Iran reste le leader régional en matière d'exécutions", a-t-elle ajouté, regrettant que le pays traîne "à appliquer les réformes du code pénal censées combler le fossé avec les normes internationales".

Deux avocats représentant certains des suppliciés ont déploré l'absence de "procès équitable" pour leurs clients, a rapporté l'organisation basée à New-York.

Les 20 hommes pendus font partie d'un groupe de 33 sunnites condamnés pour "hostilité envers Dieu", selon des organisations des droits de l'Homme. Selon HRW, les récents changements dans le code pénal iranien prévoient que la justice annule les peines capitales prononcées pour ce motif contre les personnes n'ayant pas personnellement utilisé d'arme dans le but de commettre un crime.

En Iran, le meurtre, le viol, le vol à main armée, le trafic de drogue et l'adultère sont passibles de la peine de mort. En l'espace de deux jours en 2009, 44 personnes reconnues coupables de trafic de drogue avaient été pendues dans l'une des plus importantes exécutions de masse.

Amnesty International a affirmé que l'Iran avait exécuté 977 personnes en 2015, en majorité condamnées pour trafic de drogue. Ce pays figure parmi ceux qui exécutent le plus de personnes avec la Chine, l'Arabie saoudite et les Etats-Unis, selon elle.

Les récentes pendaisons ont été condamnées par l'Union européenne et la France.

bur/nbz/cmk

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.