NOUVELLES
07/08/2016 09:16 EDT | Actualisé 08/08/2017 01:12 EDT

Turquie: les développements depuis la tentative de coup d'Etat

Mobilisation de masse, interpellations, limogeages: voici les développements depuis la tentative de coup d'Etat, le 15 juillet en Turquie, contre le régime du président Recep Tayyip Erdogan.

Ankara a désigné le prédicateur Fethullah Gülen, en exil aux Etats-Unis, comme le cerveau du putsch raté, qui a fait au total 273 morts.

Selon les données rendues publiques le 4 août, près de 26.000 personnes ont été placées en garde à vue et 13.419 sont en détention préventive. Au total plus de 50.000 limogeages ont eu lieu. La purge des "gulenistes" présumés a massivement touché l'armée, les médias, la justice, l'éducation, suscitant un tollé de critiques internationales.

- Tentative de putsch sanglante -

- Nuit du 15 au 16 juillet: Une fraction de l'armée se soulève contre le pouvoir, s'emparant d'avions de chasse et d'hélicoptères et semant la panique dans les rues d'Ankara et d'Istanbul.

Des putschistes ciblent les principaux centres du pouvoir dans la capitale, comme le quartier général de la police, le Parlement, mais aussi le palais présidentiel.

Erdogan dénonce un "soulèvement d'une minorité au sein de l'armée", exhortant les Turcs à résister à une "tentative de coup d'Etat" en descendant dans les rues. Il s'exprime par téléphone sur la chaîne d'information CNN-Türk.

- Gülen mis en cause -

- 16: Accueilli à l'aéroport d'Istanbul par une foule imposante à son retour précipité de vacances, Erdogan dénonce "une trahison" menée par des soldats putschistes, qu'il accuse d'être liés à Gülen. Celui-ci nie toute implication.

Le chef de l'armée par intérim annonce que la tentative de putsch a été mise en échec. La situation est "entièrement sous contrôle" (Premier ministre).

A Istanbul, les partisans d'Erdogan, en liesse, investissent les rues en masse pour afficher leur soutien. Erdogan réclame à Washington l'extradition de Gülen.

- Possible rétablissement de la peine de mort -

- 17: Erdogan promet d'éliminer "le virus" factieux au sein de l'Etat et appelle ses partisans à continuer de tenir la rue. Il évoque un possible rétablissement de la peine capitale, abolie en 2004 dans le cadre de la candidature d'Ankara à l'entrée dans l'Union européenne.

- 18: Les Etats-Unis, l'UE et l'Otan mettent en garde la Turquie contre la tentation d'une répression généralisée et du rétablissement de la peine de mort.

- L'épuration s'étend -

- 19: Le régime étend à l'enseignement et aux médias les purges déjà lancées dans l'armée, la police et la justice.

Le président Barack Obama promet à son homologue turc l'aide américaine dans l'enquête, mais l'appelle au respect de l'Etat de droit.

- Etat d'urgence -

- 20: Erdogan instaure l'état d'urgence pour trois mois. "D'autres pays pourraient être impliqués" dans ce putsch qui "n'est peut-être pas fini", dit-il.

- 23: La Turquie porte la durée maximale des gardes à vue à 30 jours et annonce la dissolution de la garde présidentielle.

- 24: Le principal parti d'opposition, le Parti républicain du peuple (CHP) organise, avec le soutien du Parti de la justice et du développement (AKP, au pouvoir), un rassemblement à Istanbul. Le lendemain, Erdogan s'entretient avec des responsables de l'opposition.

- Erdogan resserre son emprise sur l'armée -

- 28: Remaniement radical des forces armées. Après le limogeage de 149 généraux et amiraux, des changements au sein du haut commandement sont décidés lors d'une réunion du Conseil militaire suprême.

- 30: Erdogan déclare vouloir faire passer sous son contrôle direct les services de renseignement, par une réforme constitutionnelle.

- Manifestation de masse -

- 2 AOUT: Erdogan accuse les pays occidentaux de soutenir le "terrorisme" et les putschistes, en réponse aux critiques. Le scénario du coup d'Etat manqué "a été écrit depuis l'étranger", lance-t-il.

- 4: Un tribunal d'Istanbul émet un mandat d'arrêt à l'encontre de Gülen. Celui-ci ne sera pas extradé car il n'y a pas "l'ombre d'une preuve" contre lui, affirme l'un de ses avocats américains.

- 7: Manifestation de masse pour marquer la fin des mobilisations quotidiennes ayant suivi la tentative de coup d'Etat, en présence de l'opposition, à l'exception du parti prokurde HDP, non convié.

acm/pt/lpt