NOUVELLES
06/08/2016 21:29 EDT | Actualisé 07/08/2017 01:12 EDT

L'Iran respecte l'accord sur le nucléaire, affirme un ministre israélien

L'Iran a jusqu'à présent respecté l'accord conclu l'an dernier sur son programme nucléaire avec les grandes puissances, a estimé dimanche Youval Steinitz, ministre israélien de l'Energie et proche du chef du gouvernement Benjamin Netanyahu.

"C'est un mauvais accord, mais il constitue un fait accompli et durant sa première année d'existence, nous n'avons repéré aucune violation significative de la part des Iraniens (...) mais il est encore trop tôt pour conclure que cet accord d'une durée de 12 ans est un succès", a affirmé Youval Steinitz à la radio publique.

M. Steinitz a fait ces déclarations à la suite d'un sérieux couac au sein du gouvernement israélien, qui a suivi les déclarations jeudi du président américain Barack Obama défendant l'accord sur le nucléaire avec l'Iran.

Le ministère israélien de la Défense dirigé par l'ultra-nationaliste Avigdor Lieberman a réagi vendredi en assimilant cet accord à celui signé avec les nazis à Munich en 1938 devenu un symbole de capitulation des grandes puissances.

Le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui avait mené contre l'accord une campagne acharnée jusque devant le Congrès américain, a publié peu après un communiqué au ton beaucoup plus conciliant en soulignant qu'Israël "n'a pas de plus grand allié que les Etats-Unis".

Le gouvernement Netanyahu et l'administration Obama mènent actuellement des discussions cruciales sur l'aide militaire américaine à Israël pour dix ans à partir de 2018. Ces tractations ont été présentées ces derniers jours en Israël comme touchant à leur but, même si l'éventualité qu'elles ne soient pas achevées avant le départ de M. Obama n'est écartée.

L'Iran est considéré par Israël comme son ennemi numéro un. L'accord conclu l'an dernier par l'Iran et les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU plus l'Allemagne (groupe 5+1) s'est traduit par la levée de sanctions internationales contre l'Iran, qui nie vouloir se doter de l'arme nucléaire.

jlr/feb