NOUVELLES
07/08/2016 15:26 EDT | Actualisé 08/08/2017 01:12 EDT

JO-2016/Judo: Kelmendi et le Kosovo au paradis, l'Italie aux anges

La judoka Majlinda Kelmendi (-52 kg) a inauguré le palmarès olympique du Kosovo avec la première médaille d'or de l'histoire du pays, dimanche aux Jeux de Rio, où les Italiens ont brillé: or pour Fabio Basile (-66 kg) et argent pour Odette Giuffrida.

Cela restera comme un jour inoubliable pour le sport kosovar, entré par la grande porte dans le monde de l'olympisme pour sa première participation aux Jeux. Et c'est une journée mémorable pour le judo italien, dont les deux médaillés, âgés de 21 ans, ont bousculé la hiérarchie.

En contrôle de bout en bout, Majlinda Kelmendi a dominé Giuffrida en finale pour décrocher un titre qui lui était promise, tant la double championne du monde (2013, 2014) domine sa catégorie. La Japonaise Misato Nakamura et la Russe Natalia Kuziutina ont décroché les médailles de bronze.

"J'avais tant rêvé de ce moment, s'est réjouie Kelmendi, radieuse, drapeau national sur les épaules. C'est la première fois que le Kosovo vient aux jeux Olympiques et malgré ça, on gagne une médaille d'or! J'ai toujours voulu montrer au monde que le Kosovo n'était pas qu'un pays qui avait connu la guerre."

Porte-drapeau du tout jeune pays des Balkans vendredi soir à la cérémonie d'ouverture, ce petit gabarit aux nerfs d'acier (25 ans) a eu l'honneur rare de se voir remettre sa médaille par le président du CIO Thomas Bach, venu en personne participer au protocole.

Il y a quatre ans à Londres, la jeune judoka avait pris part à ses premiers JO, mais sous étendard albanais, le Kosovo, petit pays né de la dislocation de la Yougoslavie, n'étant alors pas reconnu des instances internationales. Elle était sortie au deuxième tour.

- Basile fait le spectacle -

Londres n'est pas non plus un très bon souvenir pour le judo italien, avec une maigre médaille de bronze. Mais Giuffredi et surtout Basile ont déjà assuré leur équipe d'un meilleur bilan à Rio.

Spectaculaire et extraverti, Fabio Basile s'est offert un sacre inattendu au nez de tous les favoris. Et il a eu l'audace d'infliger un ippon au Sud-Coréen An Baul, champion du monde en titre, pour sa première finale dans une compétition majeure.

"Il est impossible d'expliquer ce que je ressens. Cette victoire est arrivée avec beaucoup de sacrifices et de souffrances et je me suis battu pour ce rêve, a commenté Basile. C'est dur de réaliser que ce n'est plus un rêve, mais la réalité."

Membre de l'armée italienne, médaillé de bronze aux Championnats d'Europe 2016, il a conclu quatre de ses cinq combats du jour sur ippon, s'attirant les faveurs du public de l'Arena Carioca 2 pour son sens du spectacle.

Sur le podium, on a vu Basile se tourner vers ses proches et effectuer en leur direction le geste d'un archer, ressemblant au signe popularisé par un autre showman, la star jamaïcaine Usain Bolt.

L'Ouzbèke Rishod Sobirov et le Japonais Masashi Ebinuma ont complété le podium avec les deux médailles de bronze. Soit un total quatre médailles de bronze en deux jours pour le judo japonais, qui a désespérément besoin d'or pour effacer le fiasco subi à Londres (une seule médaille d'or).

jed/sk