NOUVELLES
07/08/2016 05:19 EDT | Actualisé 08/08/2017 01:12 EDT

Belgique: l'attaque à la machette est traitée comme un acte de terrorisme

BRUXELLES — Les autorités belges enquêtaient toujours, dimanche, sur l'attaque à la machette contre deux policières, qui est considérée comme un acte de terrorisme pour le moment, selon le premier ministre.

Charles Michel a indiqué que l'assaillant avait crié «Allahu Akbar» («Dieu est le plus grand») en s'en prenant aux deux agentes à l'extérieur du poste de police de Charleroi, samedi.

Le Bureau du procureur fédéral belge a officiellement ouvert une enquête sur ce qui semble être un cas de «tentative d'assassinat terroriste», a déclaré le premier ministre Michel.

Le suspect, qui n'a pas encore été identifié par les autorités belges, a été abattu lorsqu'il s'est attaqué aux policières. L'une d'entre elles a été gravement blessée au visage.

Charles Michel a rencontré la presse après une rencontre d'urgence avec les responsables de sécurité. M. Michel a dû écourter ses vacances dans le sud de la France pour revenir à Bruxelles dans la foulée du drame.

Le premier ministre a demandé aux Belges de «garder le calme et d'éviter la panique» pour ne pas donner raison aux terroristes.

La Belgique est à un niveau d'alerte terroriste élevé depuis les attentats suicides du 22 mars dernier perpétrés par des extrémistes du groupe armé État islamique qui avaient fait 32 victimes à Bruxelles. Plusieurs assaillants des attentats du 13 novembre à Paris étaient des résidants belges.

«Nous savons que nous devons être constamment, constamment, vigilants», a affirmé le premier ministre Michel.