NOUVELLES
05/08/2016 22:41 EDT | Actualisé 06/08/2017 01:12 EDT

JO-2016/Natation - 4x100 m: Les Etats-Unis et l'Australie à la reconquête

Battus par la France en 2012, les Etats-Unis entendent reconquérir le titre olympique du relais 4x100 m libre messieurs dimanche à Rio, où l'Australie est aussi en quête de l'or.

Américains et Australiens n'imaginent pas autre chose qu'un duel entre eux en finale. Les Etats-Unis ont remporté huit des 11 titres olympiques depuis l'entrée au programme de cette épreuve spectaculaire en 1964 aux JO de Tokyo.

Leur premier revers a été infligé en 2000 par des Australiens qui jouaient devant leur public de Sydney. Les Américains ne décrochaient alors que l'argent.

Quatre ans plus tard à Athènes, ils ont dégringolé encore d'une marche pour finir troisièmes, derrière l'Afrique du Sud et les Pays-Bas.

En 2008 à Pékin, portés par la superstar mondiale des bassins, Michael Phelps, ils ont retrouvé les honneurs. Mais en 2012 à Londres, ils se font coiffer par la France.

Pire, l'année dernière aux Mondiaux de Kazan (Russie), ils ont échoué à se qualifier pour la finale, une première dans toute l'histoire de la natation américaine.

Cette fois, ils comptent sur leur champion olympique en titre en individuel, Nathan Adrian (2e meilleur temps mondial de la saison, 47.72), et peut-être encore aussi sur le phénoménal Michael Phelps s'il entre en lice.

L'Australie n'a plus été sacrée depuis 16 ans et les Jeux de Sydney à domicile. A Londres, la nation était restée au pied du podium.

Mais elle n'a jamais eu autant d'espoirs que cette année à Rio grâce à son jeune talent Cameron McEvoy (1er chrono mondial, 47.04).

- La France outsider -

Reste que la France, moins flamboyante qu'en 2012, peut déjouer une fois encore les plans des deux nations historiques de la natation.

Les Français n'affichent pas les meilleurs chronos mais arrivent au Brésil en étant invaincus sur l'olympiade.

Leur atout majeur: Florent Manaudou, absent du groupe aux JO-2012 mais qui depuis a brillamment pris part à tous les titres internationaux glanés (or mondial en grand bassin en 2015 et 2013, or mondial en petit bassin en 2014 et or européen en 2014 et 2016).

La France a perdu, depuis 2012, certains de ses maillons forts comme Yannick Agnel, en grandes difficultés depuis 2 ans, ou encore Clément Lefert, retraité.

Mais elle reste surprenante et ce statut d'outsider lui convient parfaitement pour conserver son titre, ce qui n'a jamais été réussi dans l'histoire de la natation française, toutes épreuves confondues.

Enfin, la Russie, 3e aux JO-2012, sera bel et bien là malgré les scandales liés au dopage. Dans un rapport commandé par l'Agence mondiale antidopage (AMA), qui révèle un système d'Etat de dopage généralisé, les noms de Vladimir Morozov et Nikita Lobintsev sont cités.

Les deux nageurs, médaillés de bronze en 2012, ont été cependant autorisés à participer aux JO de Rio.

sc/sk/cto

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!