NOUVELLES
06/08/2016 04:22 EDT | Actualisé 06/08/2016 04:22 EDT

Laval doit débourser 11,7 millions en indemnités pour le terrain de la Place Bell

PC

La Ville de Laval doit débourser 11,7 millions de dollars en indemnités d'expropriation pour le terrain où l'amphithéâtre de la Place Bell est actuellement en construction. C'est plus du double de l'évaluation initiale lorsque la ville a acheté le terrain en 2013.

Un texte d'Anne-Marie Provost

La Place Bell, où sera transféré le club-école des Canadiens de Montréal, doit voir le jour l'année prochaine près de la station de métro Montmorency. Avant d'entamer les travaux en novembre 2014, la Ville de Laval a exproprié une société immobilière qui projetait y construire des copropriétés.

En février 2013, la Ville prévoyait qu'elle devait débourser 4,8 millions de dollars en indemnités, basé sur le rôle d'évaluation de 2010-2011-2012. La valeur du terrain a finalement été fixée à 11,5 millions devant le Tribunal administratif du Québec, en juin dernier. En plus de ce montant, la Ville doit allonger 200 000 $ pour rembourser les études effectuées par la Société immobilière Concorde-Corbusier, qui a perdu son terrain.

Laval n'est pas étonnée de payer ce montant. Après être devenue propriétaire, la Ville avait demandé à ses experts de se pencher sur la valeur du terrain et un rapport a été déposé en janvier dernier. Le prix avait été revu à la hausse. Les négociations devant le Tribunal ont également fait augmenter le montant dû de quelques millions de dollars supplémentaires.

«

La valeur de la plupart des terrains et propriétés à Laval a doublé en quelques années.» —

Pierre Huot, directeur du service de l'évaluation de Laval

La rareté des terrains explique notamment cette croissance. La Ville se dit satisfaite du montant qu'elle doit payer.

Au départ, la Place Bell devait être construite à l'ouest de l'autoroute 15 et du palais de justice. Cependant, des sols contaminés et instables ont forcé la Ville à la déplacer près du métro Montmorency.

Une expropriation qui ne rend pas heureux

Du côté de la société immobilière Concorde-Corbusier, propriété du Fonds immobilier de solidarité FTQ, les dirigeants sont déçus d'avoir dû céder leur terrain.

Il faisait partie de quatre projets de développement de copropriétés. On souligne que le but du fonds est de développer, pas d'acheter des terrains pour les revendre.

«

Quand on développe un terrain, on a toujours plus que la valeur de vente du terrain. Donc financièrement, c'est certain que ce n'est pas ce qu'on aurait souhaité faire.» — Normand Bélanger, président-directeur général du Fonds immobilier de solidarité FTQ

Le PDG du fonds n'a pas été en mesure de nous indiquer combien il réclamait en indemnités d'expropriation ni la valeur estimée de leurs pertes financières.

Le conseil municipal de Laval doit adopter mardi soir prochain le paiement final, sur recommandation du comité exécutif. Il reste 5,46 millions de dollars à payer sur le montant total, ce que la Ville fera au mois de septembre.