NOUVELLES
05/08/2016 01:22 EDT | Actualisé 05/08/2016 01:25 EDT

Des Brésiliens en colère attendent la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques (PHOTOS)

À quelques heures de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Rio, au Brésil, des centaines de manifestants tentent d’attirer l’attention de la planète sur la crise économique et politique qui secoue le pays hôte de la grand-messe sportive.

Quelques centaines de manifestants ont amorcé la journée à Copacabana en attendant le grand rassemblement prévu pour la cérémonie. Les affiches des protestataires - «Dehors Temer» - réclament le départ du président par intérim Michel Temer.

De nombreux partisans de la présidente élue et suspendue, Dilma Roussef, font partie des manifestants qui dénoncent l’arrivée au pouvoir de M. Temer. Ces derniers critiquent la suspension de Mme Rousseff, qui fait face à une procédure de destitution par le Sénat. Ils prétendent que leur présidente a été victime d’un «coup d’État».

Galerie photo Manifestation à Copacabana (5 août 2016) Voyez les images


Mme Rousseff est accusée d'avoir maquillé l'ampleur du déficit public pour faciliter sa réélection en 2014.

La mise à l’écart de Mme Rousseff a permis à Michel Temer, son vice-président, de se hisser au pouvoir. Ce dernier en a profité pour insuffler un virage à droite au pays. Les manifestants dénoncent ainsi les écarts socio-économiques dans le pays, où les condos de luxe avec vue sur l'océan côtoient les favelas au toit de tôle. Les Jeux olympiques, dont les coûts sont évalués à près de 15 milliards de dollars, sont ainsi perçus comme une dépense aussi faste qu’indue dans ce contexte économique difficile.

Des manifestants ont tenté, sans succès, de bloquer le passage de la flamme olympique au cours des derniers jours et ils pourraient récidiver en prévision de l’arrivée de la flamme au stade Maracana pour la cérémonie d'ouverture.

L’organisation brésilienne prévoit que le président par intérim soit hué après avoir déclaré l’ouverture des Jeux olympiques. Des médias brésiliens avancent que le son de la musique sera poussé à fond afin de couvrir les huées et éviter un embarras international au président intérimaire, sur qui tous les yeux de la planète seront tournés à ce point culminant de la cérémonie.

La présidente déchue, dauphine du populaire président de gauche Luiz Inacio «Lula» da Silva, n’assistera pas à la cérémonie d’ouverture, pas plus que son mentor.

Le Brésil a obtenu l’organisation des Jeux olympiques en 2009, à une époque où l’économie du pays était au beau fixe.

LIRE AUSSI:

» Les Brésiliens vous montrent leur Rio, hors des sentiers battus (PHOTOS)

» Quand le Brésil «pacifie» ses favelas, cela n'a rien de pacifique

» Bienvenue à Rio, la ville de rêve qui n'existe que sur les cartes postales (BLOGUE)