NOUVELLES
03/08/2016 02:30 EDT | Actualisé 04/08/2017 01:12 EDT

Ukraine : Un observateur de l'OSCE menacé par des hommes armés et apparemment saouls

L'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE) a annoncé mercredi que l'un de ses observateurs dans l'Est de l'Ukraine avait été menacé par des hommes armés, vêtus en militaires mais sans insignes, et dont certains semblaient saouls.

Mardi, deux véhicules de la mission de l'OSCE dans l'Est de l'Ukraine ont été stoppés par un homme armé "vêtu en militaire mais sans aucun insigne", à un endroit connu comme étant une position de l'armée ukrainienne, a précisé l'OSCE.

"Lorsque l'un des observateurs est sorti du véhicule pour parler à cet homme, celui-ci a chargé sa mitraillette, et après avoir enlevé la sûreté, l'a pointée vers l'observateur avec le doigt sur la gachette".

Lorsque l'observateur a demandé à parler à son chef, l'homme l'a appelé par radio tout en continuant à pointer son fusil. Un autre homme armé d'un AK-47 est alors arrivé. Il semblait être en position d'autorité, et était "accompagné de trois autres hommes armés, dont certains semblaient saouls", toujours selon l'Organisation. Certains d'entre eux étaient en vêtements de style militaire.

Après une quinzaine de minutes de discussion, les observateurs ont pu repartir.

L'organisation, présente dans l'Est de l'Ukraine depuis le début du conflit en avril 2014 et dont le mandat a été renouvelé jusqu'à fin mars 2017, compte dans la région un peu moins de 600 hommes, qui se plaignent régulièrement d'intimidations et de menaces.

Kiev a récemment exigé que les observateurs soient armés, ce qui serait une première pour une mission de l'OSCE. Pour cela, il faudrait au préalable l'accord des 57 pays membres, dont la Russie, qui a dit accepter l'idée que les observateurs portent des pistolets pour se défendre, mais rien de plus.

Récemment, les séparatistes ont organisé des exercices d'entraînement contre une éventuelle opération armée de l'OSCE.

Les accords de Minsk, destinés à mettre fin au conflit ayant déjà fait plus de 9.500 morts, ont permis l'instauration d'un cessez-le-feu, régulièrement violé par des affrontements meurtriers entre séparatistes et forces de Kiev. Selon l'OSCE, les deux côtés semblent avoir récemment renforcé leur armement.

stu/nla/ia/at