Tous les Jeux olympiques dans un même musée

À quelques jours seulement de l’ouverture des XXXIe Olympiades au Brésil, une visite au Musée olympique de Lausanne s’impose d'emblée. Ce véritable temple dédié à la gloire du sport raconte l’histoire des Jeux, été comme hiver depuis l'Antiquité, jusqu'à Rio. Le Huffington Post Québec a eu droit à une visite des lieux.

Sur les hauteurs du quai d’Ouchy, le bâtiment quadrangulaire trône au bord du mythique lac Léman comme un podium. Il a été imaginé par le visionnaire et père des Jeux de l’ère moderne, le Baron Pierre de Coubertin qui avait choisi Lausanne en 1915 pour y installer le Comité International Olympique (CIO).

Le site conçu par l’architecte mexicain Pedro Ramirez Vasquez et le Suisse Jean-Pierre Cahen sera finalement inauguré en 1993. Une magnifique bâtisse de style moderne classique entièrement rénovée en 2013 après deux ans de travaux et entourée d’un parc bucolique comprenant 43 sculptures de sportifs aux muscles tendus, signées par un florilège d’artistes de renom tels Botero, Tapies, Colder ou Niki de Saint-Phalle et ses fameux joueurs de soccer.

Mais avant de franchir les murs, il vous faudra monter les 97 marches menant au parvis du musée. Sur chacune des marches, les curieux auront déjà remarqué les noms gravés sur la pierre des derniers porteurs de la flamme olympique. Pas loin, une statue de Coubertin qui semble accueillir les touristes de son sourire bienveillant.

Sur trois étages, connectés entre eux par une impressionnante rampe hélicoïdale, les expositions permanentes sont réparties par thèmes à travers des salles immenses où sont entreposés plus de 1500 objets et 150 écrans rappelant certains des grands moments de l’olympisme parsemés de sueur, de records et de victoires. Bref, tout ce qui anime le mouvement s’offre aux yeux des visiteurs qui ont d’ailleurs fait de ce musée le deuxième le plus arpenté de Suisse.

Flambeaux, costumes, médailles et tutti quanti

Honneur à l’antiquité. Bien entendu, le parcours débute avec les origines. La ville Olympie en Grèce reproduite en 3D ravira les plus jeunes. Franchement rien ne manque. Le parcours d’un fétichisme absolu aborde l’esprit olympique jusque dans ses moindres recoins avec en introduction le premier drapeau olympique et ses fameux anneaux hissés à Alexandrie en 1914 ou une copie d'époque de la Charte olympique.

Les 49 torches qui ont servi à allumer la flamme dans les stades lors des cérémonies d’ouverture sont installées en cercle par date chronologique. Été 1976, celle de Montréal est bien présente entourée de ses consœurs dont certaines iconiques, par exemple celle en acier de Mexico (1968) ou l’exemplaire futuriste de Sydney (2000), sans oublier d’inclure celle de Rio que l’on verra bientôt flotter au célèbre stade Maracana.

Une vitrine renfermant l’intégralité des mascottes imaginées avant les différentes éditions donne un côté ludique à l’ensemble. Dans un autre espace, les médailles (59 pièces originales de 1896 à nos jours) sont présentées à l’intérieur d’un écrin de verre. Ailleurs plusieurs objets rares comme la caméra de télévision couleur des Jeux de Munich (1972) ou le bureau personnel de Pierre de Coubertin.

Une autre section consacrée aux athlètes réunit une foisonnante galerie de costumes et d'uniformes: de toutes ces reliques parfois dédicacées (le maillot porté par le Jamaïcain Usain Bolt), on garde en mémoire les chaussures du légendaire sprinter Jesse Owens, considéré comme le premier sportif noir de renommée internationale et quatre fois champion olympique pendant les Jeux de Berlin en 1936 organisés par le régime nazi.

La salle du village olympique reconstitue le quotidien des sportifs à travers la technologie, l’environnement, le design et l’architecture. On peut même se mettre dans la peau d’un athlète par le biais d’exercices interactifs souvent amusants. Mais silence! Pas un mot ou une référence sur les scandales ou le dopage. Ici, on est en terrain neutre.

N’oubliez pas de faire un petit tour au dernier étage où se trouve le coloré Tom Café qui offre une vue imprenable sur les Alpes aux sommets enneigés. Enfin pour les collectionneurs, la boutique au rez-de-chaussée demeure le seul endroit au monde – hormis les villes organisatrices – à proposer des articles des Jeux olympiques. À bon entendeur.

Le Musée olympique de Lausanne

Le Musée olympique

Quai d’Ouchy 1, 1006 Lausanne, Suisse

Le musée: du sport et des chiffres

3 000 mètres carrés d’exposition

5 000 photos

1 500 objets

7 heures de documents audiovisuels

50 écrans interactifs

300 000 visiteurs en 2015

8 000 mètres carrés de jardin

L’auteur était l’invité de Swiss International Air Lines et de Suisse Tourisme.