NOUVELLES
03/08/2016 09:07 EDT | Actualisé 04/08/2017 01:12 EDT

Missiles nord-coréens: réunion d'urgence mercredi du Conseil de sécurité

Le Conseil de sécurité va tenir des consultations mercredi après-midi à la suite des nouveaux tirs de missiles nord-coréens, ont indiqué des diplomates.

Cette réunion a été convoquée à la demande des Etats-Unis et du Japon.

L'ambassadrice américaine Samantha Power a indiqué que Washington et Tokyo avaient demandé cette "réunion d'urgence". Elle devrait se tenir à partir de 16H00 locales (20H00 GMT).

Pyongyang a tiré mercredi un nouveau missile balistique qui s'est pour la première fois abattu dans les eaux japonaises. Un autre missile a probablement explosé au décollage, selon l'armée américaine.

L'ambassadeur adjoint britannique Peter Wilson a souligné que c'était la première fois qu'un missile nord-coréen terminait sa course dans la Zone économique exclusive au large du Japon.

"C'est quelque chose que le Conseil devrait prendre très au sérieux, c'est une violation évidente des résolutions du Conseil", a-t-il affirmé.

"Le dernier lancement de missile effectué par la Corée du Nord nous inquiète profondément", a déclaré le porte-parole de l'ONU Stéphane Dujarric. "De telles actions affaiblissent gravement la paix et la sécurité régionales".

L'ONU, a-t-il ajouté, "appelle une nouvelle fois la Corée du Nord à accéder aux demandes de la communauté internationale et à changer d'attitude pour revenir à un dialogue sincère".

Plusieurs résolutions des Nations unies interdisent au régime communiste nord-coréen toute activité balistique ou nucléaire.

Mais Pyongyang a déjà mené quatre essais nucléaires, dont le dernier en date en janvier, et toute une série d'essais balistiques.

Les Etats-Unis sont toujours en négociation avec la Chine, seule alliée de Pyongyang, pour tenter de mettre au point une réaction formelle du Conseil en réponse à un précédent tir nord-coréen depuis un sous-marin en juillet. Mais ces discussions piétinent, selon des diplomates.

La dernière déclaration formelle adoptée par le Conseil en réponse à un essai balistique nord-coréen date du 23 juin, à la suite du lancement de deux engins de moyenne portée.

La Corée du Nord avait le 19 juillet tiré trois missiles balistiques qui, selon Pyongyang, simulaient des frappes nucléaires préventives sur des ports et des aérodromes sud-coréens.

Début mars, le Conseil de sécurité avait alourdi considérablement l'arsenal des sanctions internationales contre la Corée du Nord à la suite de l'essai nucléaire du 6 janvier et d'un tir de fusée effectué le 7 février.

Il avait alors imposé notamment un contrôle systématique de tous les cargos au départ ou à destination des côtes nord-coréennes.

avz/bdx/vog