NOUVELLES
03/08/2016 06:28 EDT | Actualisé 04/08/2017 01:12 EDT

MacLennan sera la seule Canadienne qui tentera de défendre son titre à Rio

Avant qu'elle ne grimpe sur le trampoline, Rosie MacLennan visualisera sa performance dans sa tête.

Elle respirera profondément, afin de garder son calme et sa concentration. Elle se frottera ensuite les mains, comme elle le fait toujours.

«J'imagine que c'est quelque chose qui me calme inconsciemment, a dit celle qui sera à la tête de la délégation canadienne avec l'Unifolié, vendredi, lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Rio de Janeiro. Mais de toute évidence, chaque geste est destiné à me mettre dans le bon état mental et physique.»

La stratégie de MacLennan aux Jeux d'été de 2012 était d'accomplir la routine la plus difficile possible. Elle a atteint son objectif, et a reçu la seule médaille d'or octroyée au Canada à Londres.

C'est évidemment très difficile de réussir une telle routine à la perfection. D'autres athlètes pourraient opter pour des routines plus simples, en passant plus de temps dans les airs. L'équilibre est difficile à atteindre, afin de tirer le maximum de chaque aspect.

Le trampoline est un sport qui récompense les athlètes qui atteignent leurs limites, et MacLennan est l'une d'entre elles.

«Tu dois tout donner et espérer que les juges aimeront ta performance», a-t-elle expliqué.

L'entraînement de MacLennan a été modifié après qu'elle eut subi une commotion cérébrale il y a un an, avant de subir une autre blessure à la tête en août dernier.

«Ç'a pris du temps pour récupérer, surtout parce qu'elles (ces blessures) ont affecté mon orientation dans l'espace et provoqué des étourdissements, a-t-elle évoqué dans une récente entrevue. Ce qui n'est pas l'idéal, dans un sport où tu dois constamment effectuer des culbutes et des tourniquets dans les airs.

«Je voulais donc m'assurer d'effectuer un retour sécuritaire à la compétition, en suivant tous les protocoles nécessaires afin de m'assurer que je sois au sommet de ma forme.»

MacLennan a trouvé ses repères au cours des derniers mois, mais sa période de convalescence l'a forcée à modifier sa préparation en prévision des Olympiques. Elle a aussi dû composer avec des maux de tête, des étourdissements, une sensibilité accrue à la lumière et des problèmes d'élocution.

Elle a pu régler ces enjeux avec l'aide de médecins, de spécialistes et d'un physiothérapeute vestibulo-oculaire. Son équilibre, son synchronisme et sa concentration se sont éventuellement replacés.

Puis, lorsqu'elle fut prête, MacLennan a utilisé un système similaire à celui employé dans le saut à l'élastique pour faciliter son retour sur le trampoline. Elle a d'abord effectué des sauts légers en octobre, avant d'effectuer ses premières culbutes dès le mois suivant, puis elle a progressivement retrouvé sa routine d'antan. 

MacLennan, de Toronto, a éventuellement terminé quatrième aux Championnats du monde de gymnastique l'automne dernier, confirmant du même coup le laissez-passer du Canada pour les Jeux de Rio.

Elle sera donc de retour à titre de seule Canadienne inscrite à l'épreuve de trampoline féminin. Jason Burnett représentera l'unifolié du côté masculin.

Les épreuves de trampoline se dérouleront le 12 août à l'arène olympique de Rio.