POLITIQUE
03/08/2016 05:05 EDT | Actualisé 03/08/2016 05:06 EDT

La Couronne appelle son témoin psychiatre au procès de Richard Bain

STRINGER Canada / Reuters
Richard Henry Bain, the suspect for the shooting at the Metropolis on Tuesday night, is being arraigned in the Montreal courthouse, in this artist's courtroom sketch made September 6, 2012. One man died and another was injured outside the theatre where Parti Quebecois PQ victory rally took place. Bain's brief court appearance was his first in public since television footage that showed police bundling him into a police car after two people were shot outside the rally after Tuesday's election. REUTERS/Mike McLaughlin (CANADA - Tags: CIVIL UNREST CRIME LAW ELECTIONS POLITICS) TV OUT. NOT FOR SALE TO TELEVISION BROADCASTERS

MONTRÉAL - La Couronne a appelé à la barre son témoin expert, mercredi, au procès de Richard Henry Bain, afin de contrer la thèse de non-responsabilité criminelle pour cause de troubles mentaux soutenue par la défense.

Le psychiatre judiciaire Joel Watts est appelé après le témoignage de la psychiatre Marie-Frédérique Allard, qui avait rencontré l'accusé après son arrestation, à l'automne 2012, à la demande de la défense.

La docteure Allard, qui témoignait depuis la semaine dernière au procès, a indiqué aux jurés que Richard Bain souffrait de troubles bipolaires lorsqu'elle l'a rencontré. Elle estime aussi qu'au soir de l'attentat meurtrier au Métropolis, M. Bain était vraisemblablement en état de crise psychotique, peut-être causée par une surdose d'antidépresseurs. La psychiatre soutient que l'accusé se croyait véritablement investi d'une mission divine ce soir-là.

LIRE AUSSI

>>Le médecin de Richard Bain regrette ne pas l'avoir référé à un psychiatre

>>Richard Bain n'aurait retrouvé la mémoire que lors du deuxième interrogatoire

>>Richard Bain s'est effondré au terme d'un deuxième interrogatoire

>>La Couronne insinue que Richard Bain a pu simuler la maladie mentale

La Couronne, elle, soutient que M. Bain était animé d'une rage fanatique envers les souverainistes québécois.

Richard Henry Bain, âgé de 65 ans, a plaidé non coupable aux six chefs d'accusation déposés contre lui pour meurtre prémédité, tentative de meurtre, possession de matériel incendiaire et incendie criminel, relativement à l'attentat survenu le soir de la victoire du Parti québécois aux élections générales, le 4 septembre 2012. Le technicien de scène Denis Blanchette a perdu la vie et son collègue Dave Courage a subi de graves blessures après avoir été atteints par le même projectile à l'extérieur du Métropolis.

Des extraits de l'évaluation psychologique menée par le docteur Watts ont été évoqués plus tôt cette semaine au procès. Le psychiatre soutient notamment que les déclarations de l'accusé concernant la religion et la politique n'étaient pas du tout farfelues ou délirantes, mais tout à fait plausibles.

Voir aussi:

Galerie photo La soirée électorale de Pauline Marois (7 avril 2014) Voyez les images