NOUVELLES
02/08/2016 09:14 EDT | Actualisé 02/08/2016 09:24 EDT

Le PLC amasse des millions tandis que les dons au NPD sont en chute libre

Graham Hughes/The Canadian Press

OTTAWA - Les conservateurs et les libéraux s'arrachent le titre de champion du financement politique tandis que les donateurs du Nouveau Parti démocratique (NPD) se font plus rares.

Les rapports financiers déposés par Élections Canada, mardi, montrent que le Parti conservateur du Canada (PCC) ― longtemps roi de la colline du Parlement en matière de financement ― a récolté près de 5,07 millions $ de la part de 37 223 donateurs au cours du second trimestre de 2016.

Ça ne représente qu'une légère avance sur les libéraux, qui ont amassé 36 080 contributions, s'élevant à 4,9 millions $.

Les néo-démocrates n'ont reçu pour leur part que 1,08 million $, de 15 906 donateurs.

Le Parti libéral du Canada (PLC), qui a été porté au pouvoir en octobre dernier, est la seule formation politique fédérale dont le nombre de contributeurs ainsi que le montant total des fonds amassés ont connu une croissance ― bien que minime ― lors des six premiers mois de 2016.

Le PCC et le NPD ont tous deux vu leur financement chuter, respectivement de trois et de quatre millions de dollars.

Du côté des conservateurs, le nombre de contributions s'est également effrité, avec 8000 donateurs en moins qu'à la même date, l'an dernier, alors que les partis se préparaient à faire campagne.

La base de donateurs néo-démocrates a rétréci des deux tiers par rapport à l'été dernier, alors qu'elle regroupait 48 000 citoyens. Le NPD, qui était en tête des intentions de vote à l'approche du scrutin, a finalement glissé au troisième rang.

Du côté du Bloc québécois, 117 900 $ ont été versés ― soit pratiquement la même somme que l'an dernier. Le Parti vert du Canada, lui, a été financé à hauteur de 607 450 $.

De plus, le PCC a bénéficié de 28 000 $ de plus, transférés par les candidats à l'investiture Kellie Leitch, Michael Chong et Maxime Bernier.

Le NPD a également ouvert une course à la chefferie, mais personne ne s'y est encore officiellement lancé.

Voir aussi: