NOUVELLES
31/07/2016 03:26 EDT | Actualisé 01/08/2017 01:12 EDT

Migrants: la politique d'Angela Merkel "dénuée de sens" selon le président tchèque

Le président tchèque Milos Zeman, connu pour ses positions anti-immigrants, a épinglé dimanche la politique de la main tendue aux réfugiés prônée par la chancelière allemande Angela Merkel, allant jusqu'à la qualifier de "dénuée de sens".

Mme Merkel avait encore défendu jeudi, après deux attentats perpétrés dans son pays par des réfugiés, sa politique migratoire, tout en réaffirmant son credo "Nous allons y arriver" lancé à la fin de l'été 2015, année ou l'Allemagne a accueilli plus d'un million de réfugiés.

"Il y a une tendance chez les politiciens de persévérer dans leurs déclarations même si les faits prouvent le contraire de leur opinion", a affirmé M. Zeman, lors d'un entretien diffusé en direct sur le site internet du journal populaire Blesk (www.blesk.cz).

"Je pense que la chancelière devrait changer son opinion. Elle devrait reconnaître que la +Wilkommenskultur+ (la culture de bienvenue, ndlr) s'est avérée dénuée de sens et que l'Allemagne n'est pas capable d'absorber une telle quantité de réfugiés, surtout s'il y a des jihadistes parmi eux", a poursuivi le chef de l'Etat tchèque.

"La solution consiste dans les déportations de ceux qui n'obtiennent pas l'asile", a insisté le président Zeman, avant de se prononcer aussi en faveur des déportations d'"imams fanatiques qui sèment la haine dans les mosquées".

Le président tchèque a également plaidé pour une libéralisation du port d'armes et la mise en place d'une "protection active de la frontière" de la République tchèque.

"La frontière peut être protégée par l'armée, la police, et par une surveillance électronique. En cas de nécessité, donc en cas d'une grande vague migratoire, je ne serais pas opposé à l'érection d'une clôture à la frontière", a dit M. Zeman, qui avait déjà dans le passé qualifié l'actuelle vague migratoire d'"invasion organisée".

jma/sw/alc