NOUVELLES
31/07/2016 08:57 EDT | Actualisé 01/08/2017 01:12 EDT

JO-2016/Dopage: Bach n'a parlé "à aucun responsable russe" depuis le rapport McLaren

Le président du Comité international olympique, Thomas Bach, a assuré dimanche qu'il n'avait parlé à "aucun responsable russe" depuis la publication le 18 juillet du rapport McLaren qui a révélé un dopage d'Etat en Russie.

"Je n'ai parlé à aucun responsable gouvernemental russe depuis la publication du rapport McLaren ni durant les jours ou les semaines qui ont précédé", s'est défendu lors d'une conférence de presse M. Bach, cible de nombreuses critiques pour son manque de fermeté supposé.

Le rapport du juriste canadien Richard McLaren, pour le compte de l'Agence mondiale antidopage (AMA), a notamment mis en évidence que plus de 600 cas de dopage ont été dissimulées entre 2011 et 2015 par les autorités russes, dont certains durant les JO d'hiver 2014 à Sotchi, avec le concours des services secrets russes.

Sur la base du rapport, le CIO a demandé le 24 juillet aux fédérations internationales de faire le tri parmi les sportifs russes sélectionnés initialement pour les JO-2016 en excluant ceux dont le nom était cité dans le rapport McLaren et/ou ceux qui ont été convaincus de dopage dans le passé.

De nombreuses voies s'étaient élevées pour demander une exclusion totale de la Russie des JO de Rio.

Le président russe Vladimir Poutine a estimé mercredi que l'exclusion de nombreux sportifs russes "dépassait l'entendement" et que cela rendra les Jeux de Rio "moins spectaculaires".

Le scandale a éclaté à l'automne 2015 avec la mise à jour d'un dopage organisé dans l'athlétisme russe, dont presque tous les représentants, parmi lesquels la double championne olympique de saut à la perche Yelena Isinbayeva ou le champion du monde du 110 m haies Sergey Shubenkov, ont été recalés par leur Fédération internationale (IAAF).

ebe/pga/adc