NOUVELLES
31/07/2016 12:01 EDT | Actualisé 01/08/2017 01:12 EDT

Donald Trump rabroué pour ses propos sur les parents d'un soldat musulman

CLEVELAND — Hillary Clinton a défendu les parents endeuillés d'un soldat musulman de l'armée américaine, critiquant Donald Trump sur sa «méconnaissance totale» des valeurs américaines et lui reprochant d'attiser les divisions aux États-Unis.

La candidate démocrate a fait ces commentaires après que son adversaire républicain eut refusé de revenir sur ses critiques à l'égard des parents du capitaine de l'armée américaine.

Mme Clinton, qui réagissait pour la première fois depuis que M. Trump a réprouvé les propos lancés par la couple Khan à la convention du Parti démocrate jeudi soir dernier, a déploré que le candidat républicain «insulte» le père et la mère de famille qui ont fait «l'ultime sacrifice» en prêtant leur fils à l'armée.

Devant des partisans réunis dans une église de Cleveland dimanche matin, Hillary Clinton a dit «trembler» devant le fait que son rival critique les autres Américains en raison «de leur religion, leur ethnicité ou leur handicap».

Elle a ajouté qu'elle «n'avait pas été élevée ainsi».

Donald Trump a une fois de plus défendu ses propos, dimanche, se plaignant sur Twitter que le père, Khizer Khan, l'avait «attaqué vicieusement» lors de son discours à la convention démocrate.

«N'ai-je pas le droit de répondre? Hillary Clinton a voté pour la guerre en Irak, pas moi!», a-t-il vociféré.

À la convention du Parti démocrate, le père de famille d'origine pakistanaise Khizer Khan a raconté l'histoire de son fils, Humayun, qui a perdu la vie au combat en Irak en 2004. M. Khan a demandé ouvertement si le candidat républicain avait déjà lu la Constitution, ajoutant qu'il n'avait lui-même «jamais rien sacrifié».

Pendant son discours, sa femme, Ghazala, est restée silencieuse à ses côtés.

«Si vous regardez sa femme, elle était là, elle n'avait rien à dire. Probablement, peut-être qu'elle n'avait pas le choix de dire quoi que ce soit. À vous de me le dire», a rétorqué M. Trump à l'émission du réseau ABC, «This Week».

Ghazala Khan a répondu à Donald Trump dans une lettre ouverte publiée dans le «Washington Post», soulignant qu'il était encore difficile pour elle de parler de son fils mort il y a 12 ans.

Son époux lui a demandé si elle voulait parler, mais elle lui a dit qu'elle ne pouvait pas.

«Lorsque Donald Trump parle de l'Islam, c'est un ignorant. S'il avait étudié le vrai islam et le Coran, toutes les idées qu'il a sur les terroristes changeraient, puisque le terrorisme est une religion différente», a-t-elle écrit.

Son mari a participé à plusieurs émissions de télévision, dimanche matin. Il dit avoir apprécié que Donald Trump ait reconnu ultérieurement que son fils est un héros, ajoutant toutefois que le nouveau politicien n'avait pas de «conscience morale».

En entrevue, Donald Trump a également tenu dire qu'il avait «fait beaucoup de sacrifices» pour «créer des milliers et des milliers d'emplois».

Plusieurs dirigeants du Parti républicain ont encore une fois été appelés à répondre aux propos controversés de leur candidat.

L'orateur de la Chambre des représentants Paul Ryan et le leader de la majorité au Sénat, Mitch McConnell, sont demeurés silencieux, dimanche, tout comme le colistier de Donald Trump, Mike Pence.

Quelques républicains ont toutefois réagi.

«Il y a une seule façon de parler des parents d'un (soldat mort au combat): avec honneur et respect. Le capitaine Khan est un héros. Ensemble, nous devrions prier pour sa famille», a déclaré sur Twitter le gouverneur de l'Ohio et ex-candidat à l'investiture républicaine, John Kasich.