NOUVELLES
30/07/2016 21:31 EDT | Actualisé 31/07/2017 01:12 EDT

Cuba: Raul Castro, une décennie de changements

Depuis que Raul Castro a succédé à son frère Fidel le 31 juillet 2006, le visage de Cuba s'est progressivement transformé à la faveur d'un virage diplomatique et de réformes longtemps impensables dans le pays communiste.

Voici 10 mesures clés prises par le chef d'Etat de 85 ans, qui s'est engagé à quitter le pouvoir en 2018:

- Dégel

Au terme d'un an et demi de négociations secrètes, Cuba et les Etats-Unis ont annoncé à la surprise générale leur rapprochement fin 2014. Le 20 juillet 2015, les relations diplomatiques étaient rétablies, ouvrant la voie à un long processus de normalisation entre les ex-ennemis de la Guerre froide.

Cuba a également consolidé la normalisation de ses relations avec l'Union européenne en signant un accord de dialogue politique en mars avec les 28.

- Voyages

Les Cubains qui en ont les moyens ont le droit de voyager librement à l'étranger depuis janvier 2013 en vertu d'une réforme de la loi migratoire. Les coûteux et autrefois indispensables permis de sortie et invitations de l'étranger sont devenus de mauvais souvenirs.

- Mandats

Après plus de six décennies de pouvoir des frères Castro, le président cubain parie sur le renouvellement générationnel. Il a fixé une limite de deux mandats de cinq ans pour tous les postes dirigeants du pays. Officiellement président depuis 2008, Raul Castro doit quitter son poste en 2018.

- Privé

Avec Raul Castro, l'économie cubaine a opéré une ouverture à l'initiative privée. Aujourd'hui Cuba compte environ un demi-million de travailleurs privés, ou "cuentapropistas" auxquels s'ajoutent des agriculteurs et des coopératives indépendants, pour un total de 1,4 million d'actifs sur 5 millions. Le retour des petites et moyennes entreprises, supprimées en 1968, est à l'étude.

- Investissement

Pour moderniser son économie, Cuba s'est dotée d'une loi favorisant les investissements étrangers dans un cadre strict, et a ouvert le méga-port de Mariel et son enclave industrielle, qui propose des avantages fiscaux aux entreprises étrangères.

- Terres

A partir de 2007, Raul Castro a lancé un programme d'attribution en usufruit de terres en friche aux paysans afin de stimuler la production alimentaire. Cuba importe près de 80% des aliments qu'elle consomme.

- Dette

En décembre dernier, Cuba a conclu un accord historique avec ses créanciers du Club de Paris pour une dette gelée depuis 25 ans. Auparavant, La Havane avait déjà renégocié sa dette avec la Chine, le Mexique et la Russie. Le rétablissement de sa crédibilité sur les marchés doit lui permettre de capter de nouveaux financements.

- Achat-vente

Depuis 2011, les Cubains peuvent librement acheter et vendre leur logements et véhicules.

- Internet

Depuis 2013, Cuba a ouvert internet au grand public, qui a désormais accès à des salles de navigation et, plus récemment, à des bornes wifi en extérieur, mais le pays fait toujours partie des mauvais élèves en la matière.

- Crédit

Les autorités ont assoupli les conditions de crédit bancaire aux travailleurs indépendants afin de soutenir un secteur privé, ainsi qu'aux Cubains nécessitant un financement pour réparer leurs habitations.

cb-ag/tup/alc