NEWS
29/07/2016 10:36 EDT | Actualisé 29/07/2016 10:41 EDT

Une enseignante interpelle Mike Ward, sa lettre devient virale

Une enseignante de l'École secondaire Jacques-Rousseau, à Longueuil, interpelle l'humoriste Mike Ward via son compte Facebook. Son cri du coeur a été partagé plus de 20 000 fois depuis sa publication mercredi.

Le procès qui oppose Mike Ward à Jérémy Gabriel continue de faire couler beaucoup d'encre. Les humoristes y ont eu leur mot à dire, le fondateur du festival Juste pour rire également, la directrice de l'École nationale de l'humour aussi. À travers tout cela, des milliers d'internautes se sont prononcés, certains pour se porter à la défense de l'humoriste controversé, d'autres qui ont dénoncé ses propos.

Mais Julie Boivin, elle, plutôt que d'y aller d'un tweet ou d'une simple réaction, a tenu à adresser une lettre toute complète à l'humoriste condamné à devoir verser 35 000$ à Jérémy Gabriel.

D'entrée de jeu, dans sa lettre, Madame Boivin rappelle qu'«au Québec, en 2016, on se bat contre l'intimidation dans les écoles».

Dans les écoles, «le mot d'ordre est donné: tolérance zéro face à l'intimidation!» écrit-elle.

«On se mobilise et tous les intervenants sont concernés! On doit être à l'affût, tenter d'identifier les situations à risque, encourager les victimes à briser le silence, sensibiliser les jeunes qui en sont témoins à se positionner contre et surtout punir adéquatement les oppresseurs», ajoute-t-elle.

L'adolescence étant une période difficile pour certains jeunes, elle soutient que l'agissement de Mike Ward n'est pas acceptable.

«S'acharner sur l'apparence d'un jeune qui est à risque d'être attaqué, c'est de "donner du jus" aux intimidateurs! Voilà pourquoi cette situation est inacceptable!»

Les humoristes étant des modèles pour les jeunes, elle estime qu'il est de leur responsabilité de prêcher par l'exemple, car en riant de Jérémy, «c'est favoriser l'intimidation!»

Puis elle en vient à interpeller directement Mike Ward. «Monsieur Ward, à quoi avez-vous pensé en répétant ces blagues méprisantes à l'égard d'un ado qui cherche à faire sa place malgré son handicap!?»

Citant l'extrait du spectacle Mike Ward s'expose, où l'humoriste se moque de celui que l'on surnommait «le petit Jérémy», elle se révolte. «C'est pour cette cause, monsieur Ward, que vous vous permettez maintenant de faire appel à la générosité de la population à travers votre levée de fonds? Pour avoir le droit de dire de pareilles saloperies en public!? Vous osez appeler ça de l'humour?»

Selon Madame Boivin, il est faux de penser que ce dossier créera un précédent. «Sérieusement, de crier haut et fort que le monde de l'humour est dorénavant à risque de censure à outrance, c'est de détourner la vraie nature de cette histoire!» dénonce l'enseignante en terminant.

Lisez toute la lettre :

LIRE AUSSI :

» Condamné à verser 35 000$ à Jérémy Gabriel, Mike Ward ira en appel (VIDÉO)

» Affaire Jérémy Gabriel: Mike Ward commente son jugement

» Cause Jérémy Gabriel: Mike Ward lance une campagne de financement pour aller en appel